Journée d’études du projet ANR AMAZ

Lundi 30 mai 2022

 

Pierre Clastres en héritage.
Les évolutions d’une réception ambivalente dans l’anthropologie amazoniste

Collège de France, salle 4
11 Pl. Marcelin Berthelot, 75005 Paris

 

Présentation :

La pensée de Pierre Clastres connaît une indéniable actualité. Tandis que d’importants anthropologues contemporains le commentent ou s’en réclament, les apports de son œuvre font l’objet d’événements scientifiques et de publications également de la part d’autres disciplines. Politologues, sociologues et philosophes, notamment, considèrent ainsi que cette pensée reste féconde, en particulier pour la pensée politique, mais qu’en est-il des anthropologues amazonistes ?

Il est vrai que l’œuvre de Pierre Clastres, dès les premières années de sa réception, juste après la disparition de son auteur, a surtout été reprise par la philosophie tandis que les anthropologues des basses terres sud-américaines la vouaient à une éclipse durable. Cette situation a changé récemment avec la publication de plusieurs textes réévaluant la contribution de ses travaux à l’anthropologie actuelle de l’Amazonie. De plus, entre la situation des Amérindiens dans les années 1970 et aujourd’hui, tout a changé. Un processus de prise de conscience politique sans précédent a transformé ces peuples marginalisés en acteurs de la politique nationale et internationale sous l’impulsion d’organisations puissantes et d’un droit international favorable. L’anthropologie de cette région a également évolué depuis l’époque de Clastres, des centaines de recherches et de monographies de grande qualité ajoutant des données d’une variété inimaginable il y a quelques décennies, concernant les figures du politique et leurs hiérarchies implicites. Que peut apporter l’œuvre de Clastres à l’analyse des formes de la politique amérindienne actuelle ? Les nouvelles connaissances sur les organisations sociales amazoniennes confirment-elles ou non les thèses clastriennes ? Et avec quels bénéfices éventuels les ethnologues d’aujourd’hui peuvent-ils mobiliser les analyses de Pierre Clastres dans leurs propres travaux ?

À voir la manière dont la pensée de Pierre Clastres irrigue non seulement le travail de certains anthropologues, mais aussi les sciences humaines et sociales en général, il y a lieu de réévaluer la portée de son héritage en anthropologie amazoniste – en particulier parmi ceux qui s’intéressent au politique.

Cette journée d’études vise ainsi à faire un bilan des héritages de la pensée de Pierre Clastres afin de contribuer au renouvellement d’une anthropologie du politique en pleine évolution.

Organisation : Thomas Mouriès (LESC-EREA) et Alexandre Surrallés (LAS)

 

Programme

– Matinée –

9h45 : Accueil des participants 10h00 : Introduction

Thomas Mouriès et Alexandre Surrallés

10h15 : Oscar Calavia (EPHE)

Malheur et réveil du penseur sauvage

10h45 : Discussion

11h00 : Pause

11h15 : Renato Sztutman (Universidade de São Paulo)

Le contr’État: la persistance d’une idée

11h45 : Discussion

12h30 : Discussion

12h00 : Els Lagrou (Universidade Federal do Rio de Janeiro)

Les arts de l’Amazonie amérindienne contre l’État : quelques réflexions

12h45 : Déjeuner

– Après-midi –

14h30 : Joaquín Ruíz Zubizarreta (EHESS)

Exclure tout écho chrétien. Pierre Clastres et ses choix de traduction dans Le Grand Parler 15h00 : Discussion

15h15 : Olivier Allard (EHESS)

Les élections contre l’État : clientélisme et logique du centrifuge dans le delta de l’Orénoque (Venezuela)

15h45 : Discussion

16h00 : Pause

16h15 : Table ronde

Animée par Thomas Mouriès et Alexandre Surrallés

17h30 : Clôture

 

Journée d’études de l’ANR Amaz 

Vendredi 22 avril 2022

L’anthropologie est-elle une forme d’appropriation culturelle ? Réflexions sur les conditions d’exercice du métier en Amérique autochtone

 

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de conférences

 

Présentation :

En Amérique autochtone, du nord au sud du continent, la pratique des ethnologues se voit de plus en plus fréquemment contrainte par des questions d’ordre politique et éthique. Les restrictions d’accès au terrain se multiplient, justifiées notamment par la critique selon laquelle l’anthropologie était, et demeure, la fidèle héritière de l’entreprise coloniale. Les abus du passé et l’histoire tragique des populations autochtones ont incité des personnalités autochtones, autant que des chercheurs, à dénoncer la domination épistémique qu’ils considèrent comme inhérente au projet anthropologique. Selon certains de ses détracteurs, la discipline serait, au mieux, inutile, et au pire, un délit d’appropriation culturelle. Dans ce contexte, les interlocuteurs autochtones exigent souvent un droit de regard sur la production des chercheurs, contrôlant le déroulement des enquêtes et la diffusion des savoirs qui en résultent. Aussi, les anthropologues sont-ils amenés à questionner, transformer ou défendre leurs pratiques, leurs méthodes, leurs sujets d’enquête, mais également la légitimité de leur discipline. De cette situation découle une série de questions qui seront abordées lors de cette journée d’étude. Parler d’autrui est-il un acte légitime, ou bien intrusif et dominateur ? Comment gérer les interdits, de l’accès au terrain jusqu’à la restitution des données ? L’idée même d’anthropologie collaborative ou symétrique ne seraitelle qu’un leurre ? Même si elle ne relève en effet que du méta-savoir des savoirs indigènes, l’anthropologie ne tire-t-elle pas précisément sa vertu de sa volonté d’ouverture à l’altérité ? Qu’attendent les Amérindiens de « leurs » ethnologues ?

Organisation : Philippe Erikson (LESC-EREA), Julia Vogel (LESC-EREA), Andrea Zuppi (LESC-EREA)

Programme

22 avril 2022 – Bâtiment Max Weber, salle de conférences

Matinée

9h45 Accueil des participant-es

10h Introduction

Philippe Erikson, Julia Vogel, Andrea Zuppi

10h20 Julia Vogel (LESC-EREA)

Retour d’expérience sur l’impossibilité d’un terrain autochtone en Amérique du Nord

10h40 Maddyson Borka (LESC-EREA)

Quand l’ethnologue devient gérante d’un complexe hôtelier sur la Isla de la Luna (Lac Titicaca, Bolivie). Réflexions éthiques et méthodologiques sur la relation ethnographique

11h Pause

11h20 Marie Chosson (INALCO)

Complice ou traître ?
Dilemmes de l’instrumentalisation dans la relation ethnographique au Chiapas

11h40 Els Lagrou (UFRJ)

De l’anthropologie inversée à l’art inversé.
Le
lieu d’écoute de l’ethnologue dans la scène de l’art indigène contemporain au Brésil

12h Discutant Pierre Déléage (LAS)

12h20 Questions de la salle

12h30 Pause déjeuner (buffet sur place)

Après-midi

14h30 Andrea Zuppi (LESC-EREA)

Limites et vie de rente de la pratique ethnographique.
Un homme peut-il étudier la contraception féminine chez les Madiha d’Amazonie péruvienne ?

14h50 David Jabin (LESC-EREA)

Est-il défendu de parler d’esclavage autochtone en Amazonie ? Réflexions autour d’une polémique

15h10 Pause

15h30 Estéban Arias (LAS)

L’ethnographe parmi le sacré, le sauvage et le bureaucratique. (Chez les Matsigenka, Amazonie péruvienne)

15h50 Emmanuel Richard (USP)

Anthropophagie scientifique ou adoption réussie ?
Réflexion sur la relation entre une population amérindienne d’Amazonie et « son » ethnologue

16h10 Discutant Jean-Pierre Chaumeil (LESC-EREA)

16h30 Questions de la salle
17h Clôture (Cocktail)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search