Journée d’études du projet ANR AMAZ

Lundi 30 mai 2022

 

Pierre Clastres en héritage.
Les évolutions d’une réception ambivalente dans l’anthropologie amazoniste

Collège de France, salle 4
11 Pl. Marcelin Berthelot, 75005 Paris

 

Présentation :

La pensée de Pierre Clastres connaît une indéniable actualité. Tandis que d’importants anthropologues contemporains le commentent ou s’en réclament, les apports de son œuvre font l’objet d’événements scientifiques et de publications également de la part d’autres disciplines. Politologues, sociologues et philosophes, notamment, considèrent ainsi que cette pensée reste féconde, en particulier pour la pensée politique, mais qu’en est-il des anthropologues amazonistes ?

Il est vrai que l’œuvre de Pierre Clastres, dès les premières années de sa réception, juste après la disparition de son auteur, a surtout été reprise par la philosophie tandis que les anthropologues des basses terres sud-américaines la vouaient à une éclipse durable. Cette situation a changé récemment avec la publication de plusieurs textes réévaluant la contribution de ses travaux à l’anthropologie actuelle de l’Amazonie. De plus, entre la situation des Amérindiens dans les années 1970 et aujourd’hui, tout a changé. Un processus de prise de conscience politique sans précédent a transformé ces peuples marginalisés en acteurs de la politique nationale et internationale sous l’impulsion d’organisations puissantes et d’un droit international favorable. L’anthropologie de cette région a également évolué depuis l’époque de Clastres, des centaines de recherches et de monographies de grande qualité ajoutant des données d’une variété inimaginable il y a quelques décennies, concernant les figures du politique et leurs hiérarchies implicites. Que peut apporter l’œuvre de Clastres à l’analyse des formes de la politique amérindienne actuelle ? Les nouvelles connaissances sur les organisations sociales amazoniennes confirment-elles ou non les thèses clastriennes ? Et avec quels bénéfices éventuels les ethnologues d’aujourd’hui peuvent-ils mobiliser les analyses de Pierre Clastres dans leurs propres travaux ?

À voir la manière dont la pensée de Pierre Clastres irrigue non seulement le travail de certains anthropologues, mais aussi les sciences humaines et sociales en général, il y a lieu de réévaluer la portée de son héritage en anthropologie amazoniste – en particulier parmi ceux qui s’intéressent au politique.

Cette journée d’études vise ainsi à faire un bilan des héritages de la pensée de Pierre Clastres afin de contribuer au renouvellement d’une anthropologie du politique en pleine évolution.

Organisation : Thomas Mouriès (LESC-EREA) et Alexandre Surrallés (LAS)

 

Programme

– Matinée –

9h45 : Accueil des participants 10h00 : Introduction

Thomas Mouriès et Alexandre Surrallés

10h15 : Oscar Calavia (EPHE)

Malheur et réveil du penseur sauvage

10h45 : Discussion

11h00 : Pause

11h15 : Renato Sztutman (Universidade de São Paulo)

Le contr’État: la persistance d’une idée

11h45 : Discussion

12h30 : Discussion

12h00 : Els Lagrou (Universidade Federal do Rio de Janeiro)

Les arts de l’Amazonie amérindienne contre l’État : quelques réflexions

12h45 : Déjeuner

– Après-midi –

14h30 : Joaquín Ruíz Zubizarreta (EHESS)

Exclure tout écho chrétien. Pierre Clastres et ses choix de traduction dans Le Grand Parler 15h00 : Discussion

15h15 : Olivier Allard (EHESS)

Les élections contre l’État : clientélisme et logique du centrifuge dans le delta de l’Orénoque (Venezuela)

15h45 : Discussion

16h00 : Pause

16h15 : Table ronde

Animée par Thomas Mouriès et Alexandre Surrallés

17h30 : Clôture

 

Journée d’études de l’ANR Amaz 

Vendredi 22 avril 2022

L’anthropologie est-elle une forme d’appropriation culturelle ? Réflexions sur les conditions d’exercice du métier en Amérique autochtone

 

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de conférences

 

Présentation :

En Amérique autochtone, du nord au sud du continent, la pratique des ethnologues se voit de plus en plus fréquemment contrainte par des questions d’ordre politique et éthique. Les restrictions d’accès au terrain se multiplient, justifiées notamment par la critique selon laquelle l’anthropologie était, et demeure, la fidèle héritière de l’entreprise coloniale. Les abus du passé et l’histoire tragique des populations autochtones ont incité des personnalités autochtones, autant que des chercheurs, à dénoncer la domination épistémique qu’ils considèrent comme inhérente au projet anthropologique. Selon certains de ses détracteurs, la discipline serait, au mieux, inutile, et au pire, un délit d’appropriation culturelle. Dans ce contexte, les interlocuteurs autochtones exigent souvent un droit de regard sur la production des chercheurs, contrôlant le déroulement des enquêtes et la diffusion des savoirs qui en résultent. Aussi, les anthropologues sont-ils amenés à questionner, transformer ou défendre leurs pratiques, leurs méthodes, leurs sujets d’enquête, mais également la légitimité de leur discipline. De cette situation découle une série de questions qui seront abordées lors de cette journée d’étude. Parler d’autrui est-il un acte légitime, ou bien intrusif et dominateur ? Comment gérer les interdits, de l’accès au terrain jusqu’à la restitution des données ? L’idée même d’anthropologie collaborative ou symétrique ne seraitelle qu’un leurre ? Même si elle ne relève en effet que du méta-savoir des savoirs indigènes, l’anthropologie ne tire-t-elle pas précisément sa vertu de sa volonté d’ouverture à l’altérité ? Qu’attendent les Amérindiens de « leurs » ethnologues ?

Organisation : Philippe Erikson (LESC-EREA), Julia Vogel (LESC-EREA), Andrea Zuppi (LESC-EREA)

Programme

22 avril 2022 – Bâtiment Max Weber, salle de conférences

Matinée

9h45 Accueil des participant-es

10h Introduction

Philippe Erikson, Julia Vogel, Andrea Zuppi

10h20 Julia Vogel (LESC-EREA)

Retour d’expérience sur l’impossibilité d’un terrain autochtone en Amérique du Nord

10h40 Maddyson Borka (LESC-EREA)

Quand l’ethnologue devient gérante d’un complexe hôtelier sur la Isla de la Luna (Lac Titicaca, Bolivie). Réflexions éthiques et méthodologiques sur la relation ethnographique

11h Pause

11h20 Marie Chosson (INALCO)

Complice ou traître ?
Dilemmes de l’instrumentalisation dans la relation ethnographique au Chiapas

11h40 Els Lagrou (UFRJ)

De l’anthropologie inversée à l’art inversé.
Le
lieu d’écoute de l’ethnologue dans la scène de l’art indigène contemporain au Brésil

12h Discutant Pierre Déléage (LAS)

12h20 Questions de la salle

12h30 Pause déjeuner (buffet sur place)

Après-midi

14h30 Andrea Zuppi (LESC-EREA)

Limites et vie de rente de la pratique ethnographique.
Un homme peut-il étudier la contraception féminine chez les Madiha d’Amazonie péruvienne ?

14h50 David Jabin (LESC-EREA)

Est-il défendu de parler d’esclavage autochtone en Amazonie ? Réflexions autour d’une polémique

15h10 Pause

15h30 Estéban Arias (LAS)

L’ethnographe parmi le sacré, le sauvage et le bureaucratique. (Chez les Matsigenka, Amazonie péruvienne)

15h50 Emmanuel Richard (USP)

Anthropophagie scientifique ou adoption réussie ?
Réflexion sur la relation entre une population amérindienne d’Amazonie et « son » ethnologue

16h10 Discutant Jean-Pierre Chaumeil (LESC-EREA)

16h30 Questions de la salle
17h Clôture (Cocktail)

 

Journées d’études AMAZ

Mercredi 15 et jeudi 16 décembre 2021

 

 

Organisées par Véronique Boyer (CNRS/CRBC- Mondes Américains) et Thomas MOURIÈS (EHESS/LAS)

 

Présentation

Les nombreuses et récentes revendications ethniques en Amérique latine, souvent en lien avec la demande de droits territoriaux, interrogent l’anthropologie. Certains chercheurs considèrent que ces mobilisations sociales sont le fait de populations vulnérables qui cherchent à obtenir de meilleures conditions de vie et la protection des États en faisant jouer les mécanismes qui leur sont accessibles par le biais des politiques publiques multiculturelles, et y compris en adoptant des stratégies instrumentalistes (Spivak 1988 ; Amselle 2001). D’autres les appréhendent plutôt sous le prisme de la résurgence : des populations qualifiées de « mélangées » puiseraient dans la redécouverte de leur ethnicité les moyens de retrouver une fierté de soi, de prendre une revanche sur une histoire de domination et de s’imposer sur la scène publique (Bengoa 2000 ; Arruti 2013 notamment).

Divers arguments viennent à l’appui de ces positions opposées, que nous chercherons à expliciter au cours de cette journée d’étude à partir de la présentation d’ethnographies. D’ores et déjà, on peut en souligner la complexité : s’il ne fait en effet aucun doute qu’en Amérique latine, comme ailleurs, l’« identité culturelle » est devenue un instrument des mobilisations sociales (Agier 2001), il est aussi incontestable que l’histoire de la région, avec ses brassages et ses violences, a conduit au fil du temps les populations à assumer des positionnements identitaires différents. Ce qui peut donc être perçu comme nouveauté peut également être apprécié comme un retour à des “matrices” ou “filiations” plus anciennes, en vertu desquelles les choix individuels et/ou collectifs d’appartenance ethnique se multiplient.

 

Programme complet: http://mondes-americains.ehess.fr/index.php?3369

 

En hybride : Salle 3.01 (1èrejournée) et salle 3.05 (2e journée) du Centre de colloques –Campus-Condorcet – EHESS, (Place du Front Populaire, Aubervilliers) et en visioconférence.

En raison des contraintes liées au contexte sanitaire, inscriptions obligatoires auprès des organisateurs : thomas.mouries@ehess.fr et veronique.boyer@ehess.fr

Colloque du projet ANR AMAZ

Jeudi 21 et vendredi 22 octobre 2021

Amérindiens en ville, villes amérindiennes. Reconfigurations spatiales et politiques en Amazonie

 

        Manifestation shipibo à Pucallpa (Pérou)
       Photo (recadrée) tirée de la page publique                        Facebook d’AIDESEP (mai 2018)

 

Présentation : Si les populations amérindiennes d’Amazonie sont réputées vivre dans des espaces forestiers reculés, elles entretiennent des rapports avec les villes de longue date. Qu’il s’agisse des sites précoloniaux densément peuplés que certaines d’entre elles avaient édifiés ou des agglomérations coloniales qu’elles ont souvent contribué à construire, elles ont été confrontées au monde urbain bien avant le XXIe siècle. Au cours des dernières décennies, ces rapports se sont néanmoins intensifiés. À l’instar de la population amazonienne dans son ensemble, la population amérindienne s’est fortement urbanisée. Ce processus ne peut cependant être envisagé comme un exode rural, au sens de déplacement massif et définitif de ces groupes vers la ville. Comme l’ont montré plusieurs chercheurs qui se sont intéressés à ce sujet, il peut prendre la forme d’une installation – souvent non exclusive – dans un centre urbain, mais aussi d’une urbanisation des villages ruraux ou encore d’une circulation entre plusieurs espaces incluant des séjours en ville – trois dynamiques elles-mêmes sujettes à de nombreuses variations.

Nous proposons d’explorer ces différents rapports au monde urbain en nous intéressant aussi bien aux manifestations concrètes de l’urbanisation (modes d’appropriation ou de construction de l’espace urbain, déplacements) qu’aux représentations qui les accompagnent (motif mythologique de la cité subaquatique, images de la ville comme lieu de confrontation avec l’altérité ou comme lieu d’origine des marchandises et des richesses). Dans le cadre de ces journées d’étude du projet ANR AMAZ (« Configurations socio-spatiales, enjeux politiques et débats ontologiques en Amazonie »), nous nous pencherons plus particulièrement sur les reconfigurations politiques provoquées par l’urbanisation.

Organisation : Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains), Oscar Calavia Sáez (EPHE, GSRL) et Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, EREA)

 

Programme

Jeudi 21 octobre : Campus Condorcet – bâtiment de l’EHESS – salle 50

9h30 Accueil des participant-es

9h45 Introduction Oscar Calavia Sáez, Élise Capredon et Jean-Pierre Chaumeil

Panel 1 Construction de territoires indigènes urbains

10h Juan Álvaro Echeverri (Universidad Nacional de Colombia, sede Amazonia) « Leticia indígena: visibilidad política y construcción territorial de indígenas urbanos. »

10h30 Oscar Espinosa (Pontificia Universidad Católica del Perú) [visioconférence] « La lucha política y simbólica para vivir como indígenas en la ciudad: el caso de las comunidades urbanas shipibo-konibo en diferentes ciudades del Perú »

11h Pause

11h15 Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains) « Des ‘communautés natives’ en ville ? Urbanisation et réorganisation politique chez les Shipibo de l’Amazonie péruvienne »

11h45 Discutant : Oscar Calavia Sáez (EPHE, GSRL) 12h15 Discussion et questions de la salle

12h30 Pause déjeuner

Panel 2 Expériences urbaines et politiques publiques

14h30 Pirjo Virtanen (Université d’Helsinki) « Maîtriser les bureaux urbains. Tentatives d’appropriation des politiques publiques et négociations des ressources dans la région du Purus »

15h Raphaël Colliaux (IFEA-Pontificia Universidad Católica del Perú) [visioconférence] « L’expérience citadine. Parcours d’étudiants matsigenka de l’Amazonie péruvienne »

15h30 Pause

15h45 David Jabin (EREA-LESC) « Traumatisme du contact, indigénéité et hyper-marginalité : quelques réflexions sur la vie urbaine d’ex-chasseurs cueilleurs nomades. »

16h15 Discutante : Élise Palomares (Université de Rouen, DySoLab, URMIS)

16h45 Discussion et questions de la salle

17h Clôture de la première journée

Vendredi 22 octobre : EHESS – 54 bd Raspail, 75006 Paris – Salles BS1_28 + BS1_05

Panel 3 Entre ville et forêt : circulations et recompositions politiques

10h Philippe Erikson (Université Paris Nanterre, EREA-LESC) « “À l’origine, Riberalta s’appelait Xëbiya et son chef, c’était Mawa Maxokiri…” Imaginaire de la ville et migration urbaine chez les Chacobo (Beni, Bolivia) »

10h30 Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, EREA-LESC) « Une politique du Tube chez les Yagua : mobilité spatiale et variation politique sur l’Amazone »

11h Pause

11h15 Stéphanie Tselouiko (LAS) « Entre ville et forêt. Circulation et reconfiguration territoriale des Xikrin de la Terre Indigène Trincheira Bacajá (Pará, Brésil) »

11h45 Discutante : Anne Raulin (Université de Paris Nanterre, SophiaPol)

12h15 Discussion et questions de la salle

12h30 Pause déjeuner

Panel 3 (suite)

14h30 Erik Pozo Buleje (EHESS, LAS) [visioconférence] « La politique étrangère d’une société chicham awajún (jivaro aguaruna) »

15h Cyril Menta (EREA-LESC) « Politiques culturelles à São Paulo : Le cas des Indiens pankararu de la communauté de Real Parque »

15h30 Pause

15h45 Oscar Calavia Sáez (EPHE, GSRL) « Manaus, zone de synthèse »

16h15 Discutant : Alexandre Surrallès (EHESS/CNRS, LAS)

16h45 Discussion et questions de la salle

17h Discussion finale

17h30 Pot de clôture

 

Séminaire AMAZ

Mardi 22 juin 2021

de 11h à 12h30

« Does the Coca Spirit Help Those who “Rat” on it Commodification Processes and the Ontology of Market Economic Exchange among the Andoque (Northwest Amazonia, Colombia) »

Eliran Arazi (LAS, EHESS)

Résumé:

Following the increasing valorization of indigenous cultures in Colombia, some indigenous people in the Amazon have been exporting in recent years their coca powder (mambe) to non-indigenous consumers in the city, including students, researchers, and employees of governmental and non-governmental organizations working in the region. Many members of the Andoque community of the Middle Caquetá engage in this commerce, although they often comment on its negative consequences, as this much revered, personified plant partakes in the production of personal and collective subjectivities and is essential for effective dialog with the spirits inhabiting the territory. Existing ethnographic literature can only take us so far in understanding the negative implications of this activity. Research on the commodification of “sacred objects” rests on the Western distinction between sacred and profane, ritualized and mundane, while anthropologists who studied the appropriation of indigenous knowledge failed to incorporate into their analyses the ontological assumptions of their informants, thereby furthering the marginalization of this knowledge. This lecture aims to fill this gap as it addresses the question: how does the coca commerce partake in shaping the relationship between the Andoque and their indigenous territory, and between them and the national society and the national territory? On the one hand, conversations with group members on the plant, on the damages caused by mambe commodification and on the different strategies enacted to minimize them, show that, in Andoque eyes, by jeopardizing the relationship between the Andoque and their territory, including the spirits inhabiting it, the coca commerce undermines the prospects of living safely in it. Coca commerce is further examined in light of other economic booms, both past and present, as yet another extractive activity that undermines the relations that the Andoque nourish with nonhuman entities in their territory. On the other hand, this commerce is not purely negative, since giving mambe to others is seen as a way of orienting their thoughts and actions – and these actions may concern indigenous lives, in the case of non-indigenous workers of governmental and non-governmental organizations. Indigenous ontological analysis thus sheds light on an oft-neglected aspect of economic exchange in colonial globality: the shift that occurs in people’s cosmo-spatial frame of reference, as they transition from one cosmo-spatial frame of reference (the indigenous territory) to another (the national territory, or the market’s supra-territory).

Résumé:

Séminaire interne AMAZ virtuel

10 juin 2021

À partir de 15h (heure de Paris)

« ”Yo he servido a mi patria”. Memorias de violencia entre los ex-reservistas Awajún en el Conflicto del Cenepa »

Silvia Romio (EHESS)

Résumé :

El presente trabajo propone una reflexión sobre las memorias de violencia elaboradas por un grupo de ex reservistas awajún que participaron en el conflicto fronterizo de 1995 entre Perú y Ecuador, mejor conocido como el “Conflicto del Alto Cenepa”. Su participación en el conflicto resultó ser altamente dramática para este grupo: sus experiencias enmarcadas en el contexto bélico terminaron por ser diferentes a sus expectativas, transformando la posibilidad de realizar empresas heroicas en la vivencia en un espacio de terror, ansiedad y proximidad a la “mala muerte”. Hoy en día, sus memorias y sus formas de lectura del pasado constituyen un análisis todavía pendiente sobre ese episodio histórico tan singular e importante dentro de la memoria oficial nacional. A partir de los resultados obtenidos a lo largo de una investigación etnográfica desarrollada entre el 2017 y el 2019 en el Alto Marañón (Perú), voy a presentar una reflexión que reconoce el vínculo entre los conceptos de cuerpo, enfermedad y muerte entre las percepciones del pasado de este grupo como forma privilegiada de expresión de sus memorias sobre la violencia. Asimismo, esto nos permitirá entender el papel que la intimidad juega en el estudio de las memorias de violencia para un mundo cultural no occidental, como es el caso de los jíbaros, donde la oralidad y las experiencias oníricas siguen siendo unos aspectos principales en la percepción y comprensión del pasado.

 

Séminaire AMAZ

Mardi 25 mai 2021

de 11h à 12h30

« La moralidad y el paquete amazónico »

Carlos Londoño Sulkin (University of Regina)

Résumé:
En su artículo  “Moral Sources and the Reproduction of the Amazonian Package” Londoño Sulkin (2017) arguye que los pueblos indígenas de las tierras bajas de América del Sur han reproducido muchas versiones de un “paquete” de expresiones según las cuales los cuerpos humanos son producto de procesos de fabricación social, estos procesos ocurren en el contexto de un cosmos perspectivista, y en estos procesos las relaciones con figuras de alteridad peligrosas son indispensables. La reproducción y difusión relativamente conservadora de estas expresiones plantea una pregunta histórica causal. El artículo extrapola de una descripción del paquete tal como aparece entre Gente del Centro (Amazonía colombiana), para argumentar que esta reproducción puede estar ligada al papel constitutivo del paquete en la formación (subdeterminante) de imágenes moralmente evaluativas y motivadoras de lo que es ser un ser humano bueno o admirable. En la EHESS, Londoño Sulkin profundizará sobre teorías antropológicas y filosóficas de la moral y la ética que subyacen a su propuesta, y sobre las críticas a la misma.

Séminaire interne AMAZ virtuel

Mardi 13 avril 2021

À partir de 15h

« Régimes d’historicité et agentivité visionnaire chez les peuples autochtones du bas Marañón (Pérou) »

Thomas Mouries (LAS, EHESS)

Résumé :

La question de la libre détermination des populations autochtones est en général étudiée du point de vue territorial, et les territorialités amérindiennes ont fait l’objet sous cet angle d’amples et excellentes analyses ces dernières années. En même temps, un autre courant d’études s’est intéressé à l’historicité de ces mêmes populations, en soulignant la spécificité de leur manière d’habiter le temps et de penser leur action.

Mais qu’en est-il de la libre détermination quand elle est confrontée aux régimes d’historicité amérindiens ? Comment penser une autonomie de ce point de vue-là, alors même que l’émancipation des populations autochtones est pensée dans les termes d’une histoire linéaire, d’une historicité politique moderne, qui semble tenir pour réglée la question de manières distinctes d’habiter le temps, y compris et peut-être surtout au moment des luttes et revendications politiques ?

Cette présentation s’emploiera ainsi à analyser ces modes d’historicité amérindiens au moment même où ils se trouvent confrontés à l’historicité moderne de l’Etat – lequel apparaît, sous son évidence, comme un outil d’annexion des imaginaires. Contre cette entreprise coloniale en sous-main, même les modes extrêmes de lutte politique autochtone – occupation de station pétrolière ou d’autoroute, par exemple – ne sauraient être efficaces.

Comment alors penser la politique autochtone à la fois dans l’histoire et selon des régimes d’historicité propres ? C’est la question que je voudrais commencer à explorer en prenant le cas notamment des populations awajún du bas Marañón, en Amazonie péruvienne.

Séminaire AMAZ

Mardi 23 mars 2021

de 11h à 12h30

« De formidables indésirables. Analogies, comparaisons et métaphores d’une cosmopolitique Guarani »

Paul Fabié (Mondes Américains, EHESS) & Joaqin Ruiz Zubizarreta (LAS, EHESS)

 

Résumé: 

Afin d’essayer de comprendre les nombreux conflits qui opposent des populations Guarani aux non-autochtones blancs, il apparaît intéressant de se pencher sur les modalités de discours et de pratiques politiques engageant des êtres non-humains et cela, afin de tracer les contours d’une cosmopolitique.

Dans une première partie, Joaquin montrera comment, pour les Mbya-Guarani de l’est paraguayen, défendre leurs droits, c’est d’abord défendre leur mode de vie. Ainsi nous verrons dans un premier temps, comment, dans le but de défendre leur mode de vie, les Mbya-Guarani mobilisent des discours sur les coutumes des animaux. Ils mettent en avant l’exemple de certains insectes dont le mode de vie reste inchangé. Outre la configuration d’une frontière animiste entre les Guarani et leurs voisins non-autochtones, ces discours sont aussi mobilisés métaphoriquement. Ils comparent leurs voisins non autochtones à différents insectes pour signaler leurs défauts et reconnaître leurs capacités tout en spécifiant que même si certains insectes sont formidables, ils sont quand même indésirables.

Dans une seconde partie, Paul s’intéressera à la manière dont les acteurs de la société agricole transfrontalière entre le Brésil et le Paraguay construisent une analogie entre des insectes, des plantes adventices nuisibles et les amérindiens Pai-Tavytera/Kaiowa. Il montrera ensuite comment ces mêmes amérindiens parviennent à renouer des formes d’attachement à certains insectes et certaines plantes dans les interstices d’un territoire transformé en centre agro-exportateur. A partir de ces relations renouvelées ou maintenues avec des plantes et des insectes s’élaborent des discours à propos des non-autochtones. Cela nous donne à voir à la fois la constitution d’un discours Pai-Tavytera/Kaiowa sur l’autre mais aussi une certaine manière de s’engager et de prendre part au conflit.

Séminaire AMAZ

Mardi 23 février 2021

de 11h à 12h30

« Politiques culturelles et ambitions personnelles. « Réaffirmation » de la danse des búzios par les Indiens pankararu, Pernambouc, Brésil »

Cyril Menta (Musée du Quai Branly) 

Résumé: 

Dans les années 2000, une famille pankararu se réinstalle au village après plusieurs décennies d’exil chez d’autres groupes indigènes régionaux, les Kariri-Xocó et les Xukuru-Kariri. Cette famille est impliquée dans la vie rituelle, et organise une réclusion au cours de laquelle les búzios, des aérophones joués par paire, sont utilisés. Ces instruments, introduits à ce moment-là chez les Pankararu, évoquent pourtant un passé révolu, puisque, sous une forme différente, ils étaient effectivement présents jusque dans les années 1940. Un processus de (ré)appropriation culturelle se met en place, sous l’impulsion d’un jeune du village, George de Vasconcelos. Il créé l’association « Pankararu Nation Culturelle », dont l’objectif est de « renforcer et réaffirmer la danse des búzios pankararu ». La danse est adoptée et adaptée localement, se transmet dans le village et s’exhibe en dehors. L’objectif de cette présentation est d’analyser l’imbrication de diverses formes de politique. Politiques culturelles, ascension personnelle, politique de ressemblance/dissemblance collective à échelle régionale, politique indigène : elles se nourrissent et se construisent mutuellement dans ce processus de récupération culturelle.

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 11 février à 15h

 

« Amérindiens en ville, villes amérindiennes. Reconfigurations spatiales et politiques en Amazonie »

 

Rencontre animée par Élise Capredon, Oscar Calavia et Jean-Pierre Chaumeil 

Résumé: Si les populations amérindiennes d’Amazonie sont réputées vivre dans des espaces forestiers reculés, elles entretiennent des rapports avec les villes de longue date. Qu’il s’agisse des sites précoloniaux densément peuplés que certaines d’entre elles avaient édifiés ou des agglomérations coloniales qu’elles ont souvent contribué à construire, elles ont été confrontées au monde urbain bien avant le XXIe siècle. Au cours des dernières décennies, ces rapports se sont néanmoins intensifiés. À l’instar de la population amazonienne dans son ensemble, la population amérindienne s’est fortement urbanisée. Ce processus ne peut cependant être envisagé comme un exode rural, au sens de déplacement massif et définitif de ces groupes vers la ville. Comme l’ont montré plusieurs chercheurs qui se sont intéressés à ce sujet, il peut prendre la forme d’une installation – souvent non exclusive – dans un centre urbain, mais aussi d’une urbanisation des villages ou encore d’une circulation entre plusieurs espaces incluant des séjours en ville – trois dynamiques elles-mêmes sujettes à de nombreuses variations. Dans le cadre de la journée d’étude « Amérindiens en ville, villes amérindiennes. Reconfigurations spatiales et politiques en Amazonie », nous proposons d’explorer ces différents rapports au monde urbain en nous intéressant aux manifestations concrètes de l’urbanisation, aux représentations qui l’accompagnent, ainsi qu’aux reconfigurations politiques qu’elle provoque.

ANR-17-CE41-0013

Séminaire AMAZ

Mardi 26 janvier 2021

de 11h à 12h30

« Les femmes qui parlent mal. Quelques réflexions sur les paradoxes et les limites du leadership féminin émergent en Amazonie amérindienne »

Magda Helena Dziubinska (ANR AMAZ, LAS)

 

ANR-17-CE41-0013

Du fait des conditions sanitaires, le séminaire se tiendra de manière virtuelle.

ID de réunion : 963 1586 3179

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 21 janvier prochain, à partir de 15h

 

« Politiques amérindiennes au temps du COVID 19 »

 

Rencontre animée par Paul Codjia et Raphaël Colliaux

Résumé: Cette journée d’étude souhaiterait proposer un premier état des lieux des impacts de la pandémie de COVID-19 sur les politiques amérindiennes en Amazonie, tant sur les problématiques de gouvernance que de santé interculturelle. Le premier constat est que la pandémie semble mettre à mal la centralité du mode de gouvernance des États. En l’absence de traitement efficace faisant consensus dans le monde médical, les États sont souvent forcés de laisser une latitude plus grande aux pouvoirs régionaux et locaux pour mener les politiques de santé dans l’urgence. Le Pérou, par exemple, se voit contraint par le coronavirus de respecter plus que jamais les volontés d’auto-isolement émises par les organisations représentatives autochtones, préoccupées à l’idée de voir la maladie toucher leur population. Ce faisant, l’État péruvien prend le risque de leur concéder un rayonnement politique local plus important et d’attiser potentiellement les revendications d’autodétermination. La situation nous amène aussi à repenser les pratiques d’« isolement volontaire » qu’un grand nombre d’Amérindiens mobilisent depuis fort longtemps – au grand damne des agents coloniaux –, pour se prémunir des maladies infectieuses et virales. Enfin, il s’agira également de réfléchir à la grande faiblesse des politiques de santé publique et de santé interculturelle en Amazonie, et à la façon dont celles-ci pourraient être améliorées à l’avenir.

 

ANR-17-CE41-0013

 

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 3 décembre prochain à 15h

 

« Présentation et représentation : deux notions à définir »

 

Rencontre animée par Adriana Queiroz Testa, Marcio Silva et Alexandre Surrallés

Résumé: Le titre du colloque prévu pour travailler sur les thèmes liés à l’axe 1 de l’AMAZ est « Présentation et représentation politiques des Amérindiens. La coexistence et l’hybridation des régimes politiques en Amazonie ». Il s’agit de présenter quelques idées qui impliquent une définition de ces notions. Cependant, il existe de nombreux doutes sur leur nature et leur portée. Durant cette première séance, nous souhaitons ouvrir un débat sur ces notions, proposer des hypothèses et clarifier les positions, afin de préparer les bases pour nos interventions lors du colloque qui aura lieu à Sao Paulo lorsque la situation le permettra.

 

ANR-17-CE41-0013

Séminaire AMAZ

Mardi 24 novembre 2020

de 11h à 12h30

Séance autour du numéro de Terrain, intitulé “Homo diplomaticus”

Emmanuel de Vienne (Université Paris Nanterre) et Chloé Nahum Claudel (LSE)

 

ANR-17-CE41-0013

Du fait des conditions sanitaires, le séminaire se tiendra de manière virtuelle.
Pour y assister, suivre le lien suivant : https://zoom.us/j/98943144323?pwd=Vm9lRzFxTmR3U3BOeis1ZkZBZmN4Zz09

ID de réunion : 989 4314 4323

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search