Colloque du projet ANR AMAZ

Jeudi 21 et vendredi 22 octobre 2021

Amérindiens en ville, villes amérindiennes. Reconfigurations spatiales et politiques en Amazonie

 

        Manifestation shipibo à Pucallpa (Pérou)
       Photo (recadrée) tirée de la page publique                        Facebook d’AIDESEP (mai 2018)

 

Présentation : Si les populations amérindiennes d’Amazonie sont réputées vivre dans des espaces forestiers reculés, elles entretiennent des rapports avec les villes de longue date. Qu’il s’agisse des sites précoloniaux densément peuplés que certaines d’entre elles avaient édifiés ou des agglomérations coloniales qu’elles ont souvent contribué à construire, elles ont été confrontées au monde urbain bien avant le XXIe siècle. Au cours des dernières décennies, ces rapports se sont néanmoins intensifiés. À l’instar de la population amazonienne dans son ensemble, la population amérindienne s’est fortement urbanisée. Ce processus ne peut cependant être envisagé comme un exode rural, au sens de déplacement massif et définitif de ces groupes vers la ville. Comme l’ont montré plusieurs chercheurs qui se sont intéressés à ce sujet, il peut prendre la forme d’une installation – souvent non exclusive – dans un centre urbain, mais aussi d’une urbanisation des villages ruraux ou encore d’une circulation entre plusieurs espaces incluant des séjours en ville – trois dynamiques elles-mêmes sujettes à de nombreuses variations.

Nous proposons d’explorer ces différents rapports au monde urbain en nous intéressant aussi bien aux manifestations concrètes de l’urbanisation (modes d’appropriation ou de construction de l’espace urbain, déplacements) qu’aux représentations qui les accompagnent (motif mythologique de la cité subaquatique, images de la ville comme lieu de confrontation avec l’altérité ou comme lieu d’origine des marchandises et des richesses). Dans le cadre de ces journées d’étude du projet ANR AMAZ (« Configurations socio-spatiales, enjeux politiques et débats ontologiques en Amazonie »), nous nous pencherons plus particulièrement sur les reconfigurations politiques provoquées par l’urbanisation.

Organisation : Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains), Oscar Calavia Sáez (EPHE, GSRL) et Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, EREA)

 

Programme

Jeudi 21 octobre : Campus Condorcet – bâtiment de l’EHESS – salle 50

9h30 Accueil des participant-es

9h45 Introduction Oscar Calavia Sáez, Élise Capredon et Jean-Pierre Chaumeil

Panel 1 Construction de territoires indigènes urbains

10h Juan Álvaro Echeverri (Universidad Nacional de Colombia, sede Amazonia) « Leticia indígena: visibilidad política y construcción territorial de indígenas urbanos. »

10h30 Oscar Espinosa (Pontificia Universidad Católica del Perú) [visioconférence] « La lucha política y simbólica para vivir como indígenas en la ciudad: el caso de las comunidades urbanas shipibo-konibo en diferentes ciudades del Perú »

11h Pause

11h15 Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains) « Des ‘communautés natives’ en ville ? Urbanisation et réorganisation politique chez les Shipibo de l’Amazonie péruvienne »

11h45 Discutant : Oscar Calavia Sáez (EPHE, GSRL) 12h15 Discussion et questions de la salle

12h30 Pause déjeuner

Panel 2 Expériences urbaines et politiques publiques

14h30 Pirjo Virtanen (Université d’Helsinki) « Maîtriser les bureaux urbains. Tentatives d’appropriation des politiques publiques et négociations des ressources dans la région du Purus »

15h Raphaël Colliaux (IFEA-Pontificia Universidad Católica del Perú) [visioconférence] « L’expérience citadine. Parcours d’étudiants matsigenka de l’Amazonie péruvienne »

15h30 Pause

15h45 David Jabin (EREA-LESC) « Traumatisme du contact, indigénéité et hyper-marginalité : quelques réflexions sur la vie urbaine d’ex-chasseurs cueilleurs nomades. »

16h15 Discutante : Élise Palomares (Université de Rouen, DySoLab, URMIS)

16h45 Discussion et questions de la salle

17h Clôture de la première journée

Vendredi 22 octobre : EHESS – 54 bd Raspail, 75006 Paris – Salles BS1_28 + BS1_05

Panel 3 Entre ville et forêt : circulations et recompositions politiques

10h Philippe Erikson (Université Paris Nanterre, EREA-LESC) « “À l’origine, Riberalta s’appelait Xëbiya et son chef, c’était Mawa Maxokiri…” Imaginaire de la ville et migration urbaine chez les Chacobo (Beni, Bolivia) »

10h30 Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, EREA-LESC) « Une politique du Tube chez les Yagua : mobilité spatiale et variation politique sur l’Amazone »

11h Pause

11h15 Stéphanie Tselouiko (LAS) « Entre ville et forêt. Circulation et reconfiguration territoriale des Xikrin de la Terre Indigène Trincheira Bacajá (Pará, Brésil) »

11h45 Discutante : Anne Raulin (Université de Paris Nanterre, SophiaPol)

12h15 Discussion et questions de la salle

12h30 Pause déjeuner

Panel 3 (suite)

14h30 Erik Pozo Buleje (EHESS, LAS) [visioconférence] « La politique étrangère d’une société chicham awajún (jivaro aguaruna) »

15h Cyril Menta (EREA-LESC) « Politiques culturelles à São Paulo : Le cas des Indiens pankararu de la communauté de Real Parque »

15h30 Pause

15h45 Oscar Calavia Sáez (EPHE, GSRL) « Manaus, zone de synthèse »

16h15 Discutant : Alexandre Surrallès (EHESS/CNRS, LAS)

16h45 Discussion et questions de la salle

17h Discussion finale

17h30 Pot de clôture

 

Séminaire AMAZ

Mardi 22 juin 2021

de 11h à 12h30

« Does the Coca Spirit Help Those who “Rat” on it Commodification Processes and the Ontology of Market Economic Exchange among the Andoque (Northwest Amazonia, Colombia) »

Eliran Arazi (LAS, EHESS)

Résumé:

Following the increasing valorization of indigenous cultures in Colombia, some indigenous people in the Amazon have been exporting in recent years their coca powder (mambe) to non-indigenous consumers in the city, including students, researchers, and employees of governmental and non-governmental organizations working in the region. Many members of the Andoque community of the Middle Caquetá engage in this commerce, although they often comment on its negative consequences, as this much revered, personified plant partakes in the production of personal and collective subjectivities and is essential for effective dialog with the spirits inhabiting the territory. Existing ethnographic literature can only take us so far in understanding the negative implications of this activity. Research on the commodification of “sacred objects” rests on the Western distinction between sacred and profane, ritualized and mundane, while anthropologists who studied the appropriation of indigenous knowledge failed to incorporate into their analyses the ontological assumptions of their informants, thereby furthering the marginalization of this knowledge. This lecture aims to fill this gap as it addresses the question: how does the coca commerce partake in shaping the relationship between the Andoque and their indigenous territory, and between them and the national society and the national territory? On the one hand, conversations with group members on the plant, on the damages caused by mambe commodification and on the different strategies enacted to minimize them, show that, in Andoque eyes, by jeopardizing the relationship between the Andoque and their territory, including the spirits inhabiting it, the coca commerce undermines the prospects of living safely in it. Coca commerce is further examined in light of other economic booms, both past and present, as yet another extractive activity that undermines the relations that the Andoque nourish with nonhuman entities in their territory. On the other hand, this commerce is not purely negative, since giving mambe to others is seen as a way of orienting their thoughts and actions – and these actions may concern indigenous lives, in the case of non-indigenous workers of governmental and non-governmental organizations. Indigenous ontological analysis thus sheds light on an oft-neglected aspect of economic exchange in colonial globality: the shift that occurs in people’s cosmo-spatial frame of reference, as they transition from one cosmo-spatial frame of reference (the indigenous territory) to another (the national territory, or the market’s supra-territory).

Résumé:

Séminaire interne AMAZ virtuel

10 juin 2021

À partir de 15h (heure de Paris)

« ”Yo he servido a mi patria”. Memorias de violencia entre los ex-reservistas Awajún en el Conflicto del Cenepa »

Silvia Romio (EHESS)

Résumé :

El presente trabajo propone una reflexión sobre las memorias de violencia elaboradas por un grupo de ex reservistas awajún que participaron en el conflicto fronterizo de 1995 entre Perú y Ecuador, mejor conocido como el “Conflicto del Alto Cenepa”. Su participación en el conflicto resultó ser altamente dramática para este grupo: sus experiencias enmarcadas en el contexto bélico terminaron por ser diferentes a sus expectativas, transformando la posibilidad de realizar empresas heroicas en la vivencia en un espacio de terror, ansiedad y proximidad a la “mala muerte”. Hoy en día, sus memorias y sus formas de lectura del pasado constituyen un análisis todavía pendiente sobre ese episodio histórico tan singular e importante dentro de la memoria oficial nacional. A partir de los resultados obtenidos a lo largo de una investigación etnográfica desarrollada entre el 2017 y el 2019 en el Alto Marañón (Perú), voy a presentar una reflexión que reconoce el vínculo entre los conceptos de cuerpo, enfermedad y muerte entre las percepciones del pasado de este grupo como forma privilegiada de expresión de sus memorias sobre la violencia. Asimismo, esto nos permitirá entender el papel que la intimidad juega en el estudio de las memorias de violencia para un mundo cultural no occidental, como es el caso de los jíbaros, donde la oralidad y las experiencias oníricas siguen siendo unos aspectos principales en la percepción y comprensión del pasado.

 

Séminaire AMAZ

Mardi 25 mai 2021

de 11h à 12h30

« La moralidad y el paquete amazónico »

Carlos Londoño Sulkin (University of Regina)

Résumé:
En su artículo  “Moral Sources and the Reproduction of the Amazonian Package” Londoño Sulkin (2017) arguye que los pueblos indígenas de las tierras bajas de América del Sur han reproducido muchas versiones de un “paquete” de expresiones según las cuales los cuerpos humanos son producto de procesos de fabricación social, estos procesos ocurren en el contexto de un cosmos perspectivista, y en estos procesos las relaciones con figuras de alteridad peligrosas son indispensables. La reproducción y difusión relativamente conservadora de estas expresiones plantea una pregunta histórica causal. El artículo extrapola de una descripción del paquete tal como aparece entre Gente del Centro (Amazonía colombiana), para argumentar que esta reproducción puede estar ligada al papel constitutivo del paquete en la formación (subdeterminante) de imágenes moralmente evaluativas y motivadoras de lo que es ser un ser humano bueno o admirable. En la EHESS, Londoño Sulkin profundizará sobre teorías antropológicas y filosóficas de la moral y la ética que subyacen a su propuesta, y sobre las críticas a la misma.

Séminaire interne AMAZ virtuel

Mardi 13 avril 2021

À partir de 15h

« Régimes d’historicité et agentivité visionnaire chez les peuples autochtones du bas Marañón (Pérou) »

Thomas Mouries (LAS, EHESS)

Résumé :

La question de la libre détermination des populations autochtones est en général étudiée du point de vue territorial, et les territorialités amérindiennes ont fait l’objet sous cet angle d’amples et excellentes analyses ces dernières années. En même temps, un autre courant d’études s’est intéressé à l’historicité de ces mêmes populations, en soulignant la spécificité de leur manière d’habiter le temps et de penser leur action.

Mais qu’en est-il de la libre détermination quand elle est confrontée aux régimes d’historicité amérindiens ? Comment penser une autonomie de ce point de vue-là, alors même que l’émancipation des populations autochtones est pensée dans les termes d’une histoire linéaire, d’une historicité politique moderne, qui semble tenir pour réglée la question de manières distinctes d’habiter le temps, y compris et peut-être surtout au moment des luttes et revendications politiques ?

Cette présentation s’emploiera ainsi à analyser ces modes d’historicité amérindiens au moment même où ils se trouvent confrontés à l’historicité moderne de l’Etat – lequel apparaît, sous son évidence, comme un outil d’annexion des imaginaires. Contre cette entreprise coloniale en sous-main, même les modes extrêmes de lutte politique autochtone – occupation de station pétrolière ou d’autoroute, par exemple – ne sauraient être efficaces.

Comment alors penser la politique autochtone à la fois dans l’histoire et selon des régimes d’historicité propres ? C’est la question que je voudrais commencer à explorer en prenant le cas notamment des populations awajún du bas Marañón, en Amazonie péruvienne.

Séminaire AMAZ

Mardi 23 mars 2021

de 11h à 12h30

« De formidables indésirables. Analogies, comparaisons et métaphores d’une cosmopolitique Guarani »

Paul Fabié (Mondes Américains, EHESS) & Joaqin Ruiz Zubizarreta (LAS, EHESS)

 

Résumé: 

Afin d’essayer de comprendre les nombreux conflits qui opposent des populations Guarani aux non-autochtones blancs, il apparaît intéressant de se pencher sur les modalités de discours et de pratiques politiques engageant des êtres non-humains et cela, afin de tracer les contours d’une cosmopolitique.

Dans une première partie, Joaquin montrera comment, pour les Mbya-Guarani de l’est paraguayen, défendre leurs droits, c’est d’abord défendre leur mode de vie. Ainsi nous verrons dans un premier temps, comment, dans le but de défendre leur mode de vie, les Mbya-Guarani mobilisent des discours sur les coutumes des animaux. Ils mettent en avant l’exemple de certains insectes dont le mode de vie reste inchangé. Outre la configuration d’une frontière animiste entre les Guarani et leurs voisins non-autochtones, ces discours sont aussi mobilisés métaphoriquement. Ils comparent leurs voisins non autochtones à différents insectes pour signaler leurs défauts et reconnaître leurs capacités tout en spécifiant que même si certains insectes sont formidables, ils sont quand même indésirables.

Dans une seconde partie, Paul s’intéressera à la manière dont les acteurs de la société agricole transfrontalière entre le Brésil et le Paraguay construisent une analogie entre des insectes, des plantes adventices nuisibles et les amérindiens Pai-Tavytera/Kaiowa. Il montrera ensuite comment ces mêmes amérindiens parviennent à renouer des formes d’attachement à certains insectes et certaines plantes dans les interstices d’un territoire transformé en centre agro-exportateur. A partir de ces relations renouvelées ou maintenues avec des plantes et des insectes s’élaborent des discours à propos des non-autochtones. Cela nous donne à voir à la fois la constitution d’un discours Pai-Tavytera/Kaiowa sur l’autre mais aussi une certaine manière de s’engager et de prendre part au conflit.

Séminaire AMAZ

Mardi 23 février 2021

de 11h à 12h30

« Politiques culturelles et ambitions personnelles. « Réaffirmation » de la danse des búzios par les Indiens pankararu, Pernambouc, Brésil »

Cyril Menta (Musée du Quai Branly) 

Résumé: 

Dans les années 2000, une famille pankararu se réinstalle au village après plusieurs décennies d’exil chez d’autres groupes indigènes régionaux, les Kariri-Xocó et les Xukuru-Kariri. Cette famille est impliquée dans la vie rituelle, et organise une réclusion au cours de laquelle les búzios, des aérophones joués par paire, sont utilisés. Ces instruments, introduits à ce moment-là chez les Pankararu, évoquent pourtant un passé révolu, puisque, sous une forme différente, ils étaient effectivement présents jusque dans les années 1940. Un processus de (ré)appropriation culturelle se met en place, sous l’impulsion d’un jeune du village, George de Vasconcelos. Il créé l’association « Pankararu Nation Culturelle », dont l’objectif est de « renforcer et réaffirmer la danse des búzios pankararu ». La danse est adoptée et adaptée localement, se transmet dans le village et s’exhibe en dehors. L’objectif de cette présentation est d’analyser l’imbrication de diverses formes de politique. Politiques culturelles, ascension personnelle, politique de ressemblance/dissemblance collective à échelle régionale, politique indigène : elles se nourrissent et se construisent mutuellement dans ce processus de récupération culturelle.

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 11 février à 15h

 

« Amérindiens en ville, villes amérindiennes. Reconfigurations spatiales et politiques en Amazonie »

 

Rencontre animée par Élise Capredon, Oscar Calavia et Jean-Pierre Chaumeil 

Résumé: Si les populations amérindiennes d’Amazonie sont réputées vivre dans des espaces forestiers reculés, elles entretiennent des rapports avec les villes de longue date. Qu’il s’agisse des sites précoloniaux densément peuplés que certaines d’entre elles avaient édifiés ou des agglomérations coloniales qu’elles ont souvent contribué à construire, elles ont été confrontées au monde urbain bien avant le XXIe siècle. Au cours des dernières décennies, ces rapports se sont néanmoins intensifiés. À l’instar de la population amazonienne dans son ensemble, la population amérindienne s’est fortement urbanisée. Ce processus ne peut cependant être envisagé comme un exode rural, au sens de déplacement massif et définitif de ces groupes vers la ville. Comme l’ont montré plusieurs chercheurs qui se sont intéressés à ce sujet, il peut prendre la forme d’une installation – souvent non exclusive – dans un centre urbain, mais aussi d’une urbanisation des villages ou encore d’une circulation entre plusieurs espaces incluant des séjours en ville – trois dynamiques elles-mêmes sujettes à de nombreuses variations. Dans le cadre de la journée d’étude « Amérindiens en ville, villes amérindiennes. Reconfigurations spatiales et politiques en Amazonie », nous proposons d’explorer ces différents rapports au monde urbain en nous intéressant aux manifestations concrètes de l’urbanisation, aux représentations qui l’accompagnent, ainsi qu’aux reconfigurations politiques qu’elle provoque.

ANR-17-CE41-0013

Séminaire AMAZ

Mardi 26 janvier 2021

de 11h à 12h30

« Les femmes qui parlent mal. Quelques réflexions sur les paradoxes et les limites du leadership féminin émergent en Amazonie amérindienne »

Magda Helena Dziubinska (ANR AMAZ, LAS)

 

ANR-17-CE41-0013

Du fait des conditions sanitaires, le séminaire se tiendra de manière virtuelle.

ID de réunion : 963 1586 3179

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 21 janvier prochain, à partir de 15h

 

« Politiques amérindiennes au temps du COVID 19 »

 

Rencontre animée par Paul Codjia et Raphaël Colliaux

Résumé: Cette journée d’étude souhaiterait proposer un premier état des lieux des impacts de la pandémie de COVID-19 sur les politiques amérindiennes en Amazonie, tant sur les problématiques de gouvernance que de santé interculturelle. Le premier constat est que la pandémie semble mettre à mal la centralité du mode de gouvernance des États. En l’absence de traitement efficace faisant consensus dans le monde médical, les États sont souvent forcés de laisser une latitude plus grande aux pouvoirs régionaux et locaux pour mener les politiques de santé dans l’urgence. Le Pérou, par exemple, se voit contraint par le coronavirus de respecter plus que jamais les volontés d’auto-isolement émises par les organisations représentatives autochtones, préoccupées à l’idée de voir la maladie toucher leur population. Ce faisant, l’État péruvien prend le risque de leur concéder un rayonnement politique local plus important et d’attiser potentiellement les revendications d’autodétermination. La situation nous amène aussi à repenser les pratiques d’« isolement volontaire » qu’un grand nombre d’Amérindiens mobilisent depuis fort longtemps – au grand damne des agents coloniaux –, pour se prémunir des maladies infectieuses et virales. Enfin, il s’agira également de réfléchir à la grande faiblesse des politiques de santé publique et de santé interculturelle en Amazonie, et à la façon dont celles-ci pourraient être améliorées à l’avenir.

 

ANR-17-CE41-0013

 

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 3 décembre prochain à 15h

 

« Présentation et représentation : deux notions à définir »

 

Rencontre animée par Adriana Queiroz Testa, Marcio Silva et Alexandre Surrallés

Résumé: Le titre du colloque prévu pour travailler sur les thèmes liés à l’axe 1 de l’AMAZ est « Présentation et représentation politiques des Amérindiens. La coexistence et l’hybridation des régimes politiques en Amazonie ». Il s’agit de présenter quelques idées qui impliquent une définition de ces notions. Cependant, il existe de nombreux doutes sur leur nature et leur portée. Durant cette première séance, nous souhaitons ouvrir un débat sur ces notions, proposer des hypothèses et clarifier les positions, afin de préparer les bases pour nos interventions lors du colloque qui aura lieu à Sao Paulo lorsque la situation le permettra.

 

ANR-17-CE41-0013

Séminaire AMAZ

Mardi 24 novembre 2020

de 11h à 12h30

Séance autour du numéro de Terrain, intitulé “Homo diplomaticus”

Emmanuel de Vienne (Université Paris Nanterre) et Chloé Nahum Claudel (LSE)

 

ANR-17-CE41-0013

Du fait des conditions sanitaires, le séminaire se tiendra de manière virtuelle.
Pour y assister, suivre le lien suivant : https://zoom.us/j/98943144323?pwd=Vm9lRzFxTmR3U3BOeis1ZkZBZmN4Zz09

ID de réunion : 989 4314 4323

Séminaire AMAZ

Mardi 27 octobre 2020

de 10h à 13h

Séminaire d’introduction

“Configurations socio spatiales, enjeux politiques et débats ontologiques en Amazonie”

Olivier Allard (EHESS) et Alexandre Surrallés (CNRS/EHESS)

ANR-17-CE41-0013

Du fait des conditions sanitaires, le séminaire se tiendra de manière “hybride” – présentiel et virtuel.
Pour y assister virtuellement, suivre le lien suivant : https://webinaire.ehess.fr/b/all-vkc-tzz
Pour y assiter en personne, merci de s’inscrire préalablement ici: http://listsem.ehess.fr/courses/547/requests/new

Séminaire AMAZ

Mardi 16 juin 2020 

de 15h à 16h30, par visioconférence

Mobilisations amérindiennes en Guyane française 

Stéphanie Guyon (Université de Picardie-Jules Verne)

 

ANR-17-CE41-0013

En raison des conditions sanitaires, la séance se tiendra par vidéoconférence. Les personnes souhaitant assister à la séance peuvent contacter Olivier Allard à l’adresse suivante: olivier.allard@ehess.fr

Note de l’ANR AMAZ sur les dangers et enjeux du COVID 19 en Amazonie amérindienne

     Nota de la ANR AMAZ acerca de los riesgos y desafíos del COVID 19 en la Amazonia amerindia 

          Nota da ANR AMAZ sobre os riscos e desafios do COVID 19 na Amazônia Ameríndia

©S.Tselouiko

 

Version française

Alors que certaines populations entament à peine leur déconfinement, le virus du COVID-19 impose encore d’importantes mesures d’isolement social dans de nombreux pays du globe. Si les premiers ont pu s’appuyer sur un système de santé plus homogène et relativement équipé sur leurs territoires, de nombreuses régions du monde témoignent d’une plus grande précarité et inégalité quant à l’accès aux soins hospitaliers. Aussi peut-on et doit-on légitimement s’inquiéter devant le danger considérable que représente cette pandémie pour les populations amérindiennes d’Amazonie.

En effet, tandis que les avancées des fronts pionniers dans les basses terres et l’augmentation importante du nombre d’invasions des territoires autochtones dès le mois de mars 2020[1] démultiplient les risques de contamination[2], l’accès aux soins reste, dans cette région du monde, extrêmement défaillant, voire inexistant. Il faut parfois parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour espérer bénéficier d’un lit en réanimation et d’assistance en oxygène. En outres, les groupes les plus isolés sont d’autant plus vulnérables qu’ils présentent généralement une faible réponse immunologique face aux maladies infectieuses et virales[3]. L’introduction et la propagation du virus COVID-19 au sein de ces groupes auraient alors des conséquences dramatiques[4].

À l’inverse, dans de nombreux cas, tel qu’au Brésil[5] et au Pérou[6] notamment les Amérindiens qui habitent en ville et qui n’ont pas une meilleure réponse immunologique pour autant, sont exclus du système de santé différenciée (géré notamment par le Distrito Sanitário Especial Indígena – Dsei au Brésil) et par la même occasion, niés en tant qu’autochtone. Pour cette raison, nous n’avons qu’une faible connaissance du nombre réel de personnes autochtones ayant contracté le virus COVID-19 et succombant parfois à cette maladie.

Dans ces conditions, le COVID-19 représente une menace que les États qui abritent des populations amérindiennes sur leur territoire doivent prendre au sérieux. Il s’avère par exemple indispensable de respecter et d’appuyer les initiatives d’auto-isolement des populations autochtones[7], comme la FAO (Organisation mondiale des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) l’a récemment rappelé aux pays ayant adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones de 2007. Pourtant, des initiatives comme l’opération d’expulsion d’orpailleurs illégaux dans trois terres indigènes du sud du Pará, au Brésil, par des agents de l’IBAMA, a valu le licenciement du Président de l’organisme de protection de l’environnement, licenciement prononcé par le ministre de l’environnement lui-même[8].  

La vigilance de la communauté scientifique et civile est ici particulièrement nécessaire, sachant que les États se montrent souvent plus prompts à s’assurer le contrôle de leurs ressources économiques, qu’à inclure ses citoyens autochtones dans les programmes de santé publique, à égalité avec le reste de la population (en termes de prévention, distribution de masques, accès aux soins, etc.). De même qu’il s’avère indispensable de protéger les populations amérindiennes qui vivent en milieu urbain. Le lien de dépendance à la ville, lorsqu’il est vécu, entraîne dans ce contexte une très grande vulnérabilité alimentaire et sociale.

Aussi, la question du rapport entre identité et territoire se pose plus que jamais dans un contexte comme aujourd’hui où la manière d’habiter est devenue une préoccupation existentielle centrale. Quoi qu’il en soit, face au risque d’un drame humain que fait peser cette pandémie sur les populations des basses terres amazoniennes, le virus annonce d’ores et déjà affecter durablement les relations politiques entre les peuples autochtones, leurs organisations représentatives et les institutions étatiques.

– – –

Versión española

Mientras algunas poblaciones están empezando a desconfinarse, el virus del COVID-19 todavía impone medidas significativas de aislamiento social en muchos países del mundo. Si bien los primeros han podido contar con un sistema de salud más homogéneo y relativamente preparado en sus territorios, muchas regiones del mundo experimentan una mayor precariedad y desigualdad en términos de acceso a la atención sanitaria. Por esta razón, debemos y podemos preocuparnos legítimamente por el considerable peligro que representa esta pandemia para las poblaciones amerindias de la Amazonía.

En efecto, si los avances de los frentes pioneros en las tierras bajas y el aumento significativo del número de invasiones de territorios indígenas a partir de marzo de 2020[1] aumentan el riesgo de contaminación[2], el acceso a la atención médica sigue, en esta región de mundo, extremadamente deficiente, incluso inexistente. Se necesita a veces varios cientos de kilómetros para esperar beneficiarse de una cama de reanimación y de acceso a un respirador de oxígeno. Además, los grupos más aislados son particularmente vulnerables, ya que presentan en general una respuesta inmunológica débil a las enfermedades infecciosas y virales[3]. La introducción y propagación del virus COVID-19 dentro de estos grupos tendría consecuencias dramáticas[4].

A la inversa, en muchos casos, como en Brasil[5] y sobretodo en el Perú[6], los amerindios que residen en la ciudad y que no tienen por esta razón una mejor respuesta inmunológica, se encuentran sin embargo excluidos del sistema de salud diferenciado (administrado en particular por el Distrito Sanitario Especial Indígena – Dsei en Brasil) negándoles de esta manera su reconocimiento,como indígena. Por todo ello, tenemos un escaso conocimiento del número real de personas indígenas que se han infectado del virus COVID-19 y que puedan haber fallecido por esta patología.  

En estas condiciones, el COVID-19 plantea un desafio que los Estados que albergan a poblaciones amerindias en su territorio deben tomarse en serio. Por ejemplo, es esencial respetar y apoyar las iniciativas de autoaislamiento de las poblaciones indígenas[7], tal y como recordó recientemente la FAO (Organización Mundial de la Alimentación y la Agricultura de las Naciones Unidas) a los países que adoptaron la Declaración de las Naciones Unidas sobre los derechos de los pueblos indígenas de 2007. Sin embargo, una iniciativa como la operación de desalojo de mineros de oro ilegales en tres tierras indígenas en el sur de Pará (Brasil), por agentes del IBAMA, ha tenido como consecuencia el cese del Presidente de la organización de protección del medio ambiente, pronunciado por el mismísimo Ministro de medio ambiente[8].

La vigilancia de la comunidad científica y la sociedad civil es muy necesaria en estas circunstancias, porque, como se sabe, los Estados se muestran más veloces en asegurar el control de los recursos económicos, que en incluir a sus ciudadanos indígenas en los programas de salud pública, en igualdad de condiciones con el resto de la población (en términos de prevención, distribución de máscarillas, acceso a la asistencia sanitaria, etc.). De igual manera, es esencial proteger a las poblaciones amerindias que viven en áreas urbanas. La relación de dependencia a la ciudad, cuando es tal, conlleva en este contexto una gran vulnerabilidad alimentaria y social.

Es así como la cuestión de la relación entre identidad y territorio aparece con fuerza en el contexto actual, donde la forma de vivir se ha convertido en una preocupación existencial central. Sea como fuere, frente al riesgo de que esta pandemia suponga una tragedia humana para las poblaciones de las tierras bajas amazónicas, el virus ya afecta desde ahora y de manera irreversible las relaciones políticas entre los pueblos indígenas, sus organizaciones representativas y las instituciones del Estado.

– – –

Versão em português

Enquanto algumas populações estão apenas começando seu desconfinamento, o vírus COVID-19 ainda impõe medidas significativas de isolamento social em muitos países ao redor do mundo. Embora os primeiros tenham podido contar com um sistema de saúde mais homogêneo e relativamente bem equipado dentro de seus territórios, muitas partes do mundo estão testemunhando maior precariedade e desigualdade no acesso ao atendimento hospitalar. Há, portanto, uma preocupação legítima com o considerável perigo que esta pandemia representa para as populações ameríndias da Amazônia.

De fato, enquanto o progresso das frentes pioneiras nas terras baixas e o aumento significativo do número de invasões de territórios indígenas a partir de março de 2020[1] aumentam os riscos de contaminação[2], o acesso à saúde nesta região do mundo continua extremamente precário, se não inexistente. Às vezes é necessário percorrer várias centenas de quilômetros para se beneficiar de uma cama de terapia intensiva e assistência com oxigênio. Além disso, os grupos mais isolados são mais vulneráveis devido à sua fraca resposta imunológica a doenças infecciosas e virais[3]. A introdução e disseminação do vírus COVID-19 entre estes grupos teriam então consequências dramáticas[4].

Por outro lado, em muitos casos, como no Brasil[5] e no Peru[6], os ameríndios que vivem nas cidades e que não têm uma melhor resposta imunológica, são excluídos do sistema de saúde diferenciado (administrado em especial pelo Distrito Sanitário Especial Indígena – Dsei no Brasil) e, ao mesmo tempo,  veem seu status de povo indígena negado. Por esta razão, temos pouco conhecimento do número real de povos indígenas que contraíram o vírus da COVID-19 e às vezes sucumbem a esta doença.

Nestas circunstâncias, a COVID-19 representa uma ameaça que os Estados com populações indígenas em seu território devem levar a sério. Por exemplo, é essencial respeitar e apoiar as iniciativas de autoisolamento dos povos indígenas[7], como lembrou recentemente a Organização das Nações Unidas para Alimentação e Agricultura (FAO) aos países que adotaram a Declaração das Nações Unidas sobre os Direitos dos Povos Indígenas de 2007. Entretanto, iniciativas como a expulsão de garimpeiros ilegais de três terras indígenas no sul do Pará (Brasil) por agentes do Ibama, levaram à demissão do presidente do órgão de proteção ambiental pelo próprio Ministro do Meio Ambiente[8]

A vigilância da comunidade científica e civil é aqui particularmente necessária, tendo em conta que os Estados são muitas vezes mais rápidos a assumir o controlo dos seus recursos  econômicos do que a incluir os seus cidadãos indígenas em programas de saúde pública em pé de igualdade com o resto da população (em termos de prevenção, distribuição de máscaras, acesso a cuidados, etc.). Da mesma forma, é essencial proteger as populações ameríndias que vivem em áreas urbanas. A dependência à cidade leva, neste contexto, a um nível muito alto de vulnerabilidade alimentar e social.

Assim, a questão da relação entre identidade e território surge mais do que nunca em um contexto como o atual, onde o modo de vida se tornou uma preocupação existencial central. De qualquer forma, dado o risco de uma tragédia humana que essa pandemia representa para as populações das terras baixas amazônicas, o vírus já promete ter um impacto duradouro nas relações políticas entre os povos indígenas, suas organizações representativas e instituições do Estado.

Notes / Notas

[1] https://g1.globo.com/natureza/noticia/2020/04/10/alertas-de-desmatamento-na-amazonia-crescem-299percent-em-marco-mostram-dados-de-sistema-do-inpe.ghtml

[2] https://amazonia.org.br/2020/04/coronavirus-de-um-lado-invasores-de-outro-como-esta-a-situacao-dos-indigenas-no-brasil/?utm_source=akna&utm_medium=email&utm_campaign=Noticias-da-Amazonia-14-de-Abril-de-2020

[3] Comme en atteste le cas de la première victime indigène répertoriée officiellement. https://amazoniareal.com.br/morre-jovem-yanomami-por-covid-19-em-roraima-diz-sesai/

Concernant les conditions sanitaires critiques, voir https://noticias.uol.com.br/colunas/rubens-valente/2020/04/08/coronavirus-saude-indigena.htm

[4] http://www.servindi.org/actualidad-opinion/02/04/2020/el-aislamiento-es-una-estrategia-de-los-indigenas-para-sobrevivir-de

https://inkenishiku.lamula.pe/2020/05/18/estrategias-indigenas-y-politicas-publicas-durante-la-pandemia-del-covid-19-en-la-amazonia-peruana-el-caso-de-madre-de-dios/lufelipeis/

[5] https://amazoniareal.com.br/coronavirus-indigenas-que-vivem-na-cidade-sao-classificados-como-brancos-no-amazonas/

[6] https://www.actualidadambiental.pe/registran-tres-muertes-por-covid-19-en-comunidad-de-shipibos-de-cantagallo/

[7] https://ojo-publico.com/1743/indigenas-en-madre-de-dios-vigilan-rios-para-frenar-al-covid-19

[8] https://amazonasatual.com.br/forca-tarefa-pede-acoes-na-amazonia-contra-risco-de-devastacao-e-covid-19/