Journée d’études du projet ANR AMAZ

Lundi 30 mai 2022

 

Pierre Clastres en héritage.
Les évolutions d’une réception ambivalente dans l’anthropologie amazoniste

Collège de France, salle 4
11 Pl. Marcelin Berthelot, 75005 Paris

 

Présentation :

La pensée de Pierre Clastres connaît une indéniable actualité. Tandis que d’importants anthropologues contemporains le commentent ou s’en réclament, les apports de son œuvre font l’objet d’événements scientifiques et de publications également de la part d’autres disciplines. Politologues, sociologues et philosophes, notamment, considèrent ainsi que cette pensée reste féconde, en particulier pour la pensée politique, mais qu’en est-il des anthropologues amazonistes ?

Il est vrai que l’œuvre de Pierre Clastres, dès les premières années de sa réception, juste après la disparition de son auteur, a surtout été reprise par la philosophie tandis que les anthropologues des basses terres sud-américaines la vouaient à une éclipse durable. Cette situation a changé récemment avec la publication de plusieurs textes réévaluant la contribution de ses travaux à l’anthropologie actuelle de l’Amazonie. De plus, entre la situation des Amérindiens dans les années 1970 et aujourd’hui, tout a changé. Un processus de prise de conscience politique sans précédent a transformé ces peuples marginalisés en acteurs de la politique nationale et internationale sous l’impulsion d’organisations puissantes et d’un droit international favorable. L’anthropologie de cette région a également évolué depuis l’époque de Clastres, des centaines de recherches et de monographies de grande qualité ajoutant des données d’une variété inimaginable il y a quelques décennies, concernant les figures du politique et leurs hiérarchies implicites. Que peut apporter l’œuvre de Clastres à l’analyse des formes de la politique amérindienne actuelle ? Les nouvelles connaissances sur les organisations sociales amazoniennes confirment-elles ou non les thèses clastriennes ? Et avec quels bénéfices éventuels les ethnologues d’aujourd’hui peuvent-ils mobiliser les analyses de Pierre Clastres dans leurs propres travaux ?

À voir la manière dont la pensée de Pierre Clastres irrigue non seulement le travail de certains anthropologues, mais aussi les sciences humaines et sociales en général, il y a lieu de réévaluer la portée de son héritage en anthropologie amazoniste – en particulier parmi ceux qui s’intéressent au politique.

Cette journée d’études vise ainsi à faire un bilan des héritages de la pensée de Pierre Clastres afin de contribuer au renouvellement d’une anthropologie du politique en pleine évolution.

Organisation : Thomas Mouriès (LESC-EREA) et Alexandre Surrallés (LAS)

 

Programme

– Matinée –

9h45 : Accueil des participants 10h00 : Introduction

Thomas Mouriès et Alexandre Surrallés

10h15 : Oscar Calavia (EPHE)

Malheur et réveil du penseur sauvage

10h45 : Discussion

11h00 : Pause

11h15 : Renato Sztutman (Universidade de São Paulo)

Le contr’État: la persistance d’une idée

11h45 : Discussion

12h30 : Discussion

12h00 : Els Lagrou (Universidade Federal do Rio de Janeiro)

Les arts de l’Amazonie amérindienne contre l’État : quelques réflexions

12h45 : Déjeuner

– Après-midi –

14h30 : Joaquín Ruíz Zubizarreta (EHESS)

Exclure tout écho chrétien. Pierre Clastres et ses choix de traduction dans Le Grand Parler 15h00 : Discussion

15h15 : Olivier Allard (EHESS)

Les élections contre l’État : clientélisme et logique du centrifuge dans le delta de l’Orénoque (Venezuela)

15h45 : Discussion

16h00 : Pause

16h15 : Table ronde

Animée par Thomas Mouriès et Alexandre Surrallés

17h30 : Clôture

Séminaire AMAZ

Mardi 26 janvier 2021

de 11h à 12h30

« Les femmes qui parlent mal. Quelques réflexions sur les paradoxes et les limites du leadership féminin émergent en Amazonie amérindienne »

Magda Helena Dziubinska (ANR AMAZ, LAS)

 

ANR-17-CE41-0013

Du fait des conditions sanitaires, le séminaire se tiendra de manière virtuelle.

ID de réunion : 963 1586 3179

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 21 janvier prochain, à partir de 15h

 

« Politiques amérindiennes au temps du COVID 19 »

 

Rencontre animée par Paul Codjia et Raphaël Colliaux

Résumé: Cette journée d’étude souhaiterait proposer un premier état des lieux des impacts de la pandémie de COVID-19 sur les politiques amérindiennes en Amazonie, tant sur les problématiques de gouvernance que de santé interculturelle. Le premier constat est que la pandémie semble mettre à mal la centralité du mode de gouvernance des États. En l’absence de traitement efficace faisant consensus dans le monde médical, les États sont souvent forcés de laisser une latitude plus grande aux pouvoirs régionaux et locaux pour mener les politiques de santé dans l’urgence. Le Pérou, par exemple, se voit contraint par le coronavirus de respecter plus que jamais les volontés d’auto-isolement émises par les organisations représentatives autochtones, préoccupées à l’idée de voir la maladie toucher leur population. Ce faisant, l’État péruvien prend le risque de leur concéder un rayonnement politique local plus important et d’attiser potentiellement les revendications d’autodétermination. La situation nous amène aussi à repenser les pratiques d’« isolement volontaire » qu’un grand nombre d’Amérindiens mobilisent depuis fort longtemps – au grand damne des agents coloniaux –, pour se prémunir des maladies infectieuses et virales. Enfin, il s’agira également de réfléchir à la grande faiblesse des politiques de santé publique et de santé interculturelle en Amazonie, et à la façon dont celles-ci pourraient être améliorées à l’avenir.

 

ANR-17-CE41-0013

 

Séminaire interne “AMAZ virtuel”

Jeudi 3 décembre prochain à 15h

 

« Présentation et représentation : deux notions à définir »

 

Rencontre animée par Adriana Queiroz Testa, Marcio Silva et Alexandre Surrallés

Résumé: Le titre du colloque prévu pour travailler sur les thèmes liés à l’axe 1 de l’AMAZ est « Présentation et représentation politiques des Amérindiens. La coexistence et l’hybridation des régimes politiques en Amazonie ». Il s’agit de présenter quelques idées qui impliquent une définition de ces notions. Cependant, il existe de nombreux doutes sur leur nature et leur portée. Durant cette première séance, nous souhaitons ouvrir un débat sur ces notions, proposer des hypothèses et clarifier les positions, afin de préparer les bases pour nos interventions lors du colloque qui aura lieu à Sao Paulo lorsque la situation le permettra.

 

ANR-17-CE41-0013

Séminaire AMAZ

Mardi 27 octobre 2020

de 10h à 13h

Séminaire d’introduction

“Configurations socio spatiales, enjeux politiques et débats ontologiques en Amazonie”

Olivier Allard (EHESS) et Alexandre Surrallés (CNRS/EHESS)

ANR-17-CE41-0013

Du fait des conditions sanitaires, le séminaire se tiendra de manière “hybride” – présentiel et virtuel.
Pour y assister virtuellement, suivre le lien suivant : https://webinaire.ehess.fr/b/all-vkc-tzz
Pour y assiter en personne, merci de s’inscrire préalablement ici: http://listsem.ehess.fr/courses/547/requests/new

Note de l’ANR AMAZ sur les dangers et enjeux du COVID 19 en Amazonie amérindienne

     Nota de la ANR AMAZ acerca de los riesgos y desafíos del COVID 19 en la Amazonia amerindia 

          Nota da ANR AMAZ sobre os riscos e desafios do COVID 19 na Amazônia Ameríndia

©S.Tselouiko

 

Version française

Alors que certaines populations entament à peine leur déconfinement, le virus du COVID-19 impose encore d’importantes mesures d’isolement social dans de nombreux pays du globe. Si les premiers ont pu s’appuyer sur un système de santé plus homogène et relativement équipé sur leurs territoires, de nombreuses régions du monde témoignent d’une plus grande précarité et inégalité quant à l’accès aux soins hospitaliers. Aussi peut-on et doit-on légitimement s’inquiéter devant le danger considérable que représente cette pandémie pour les populations amérindiennes d’Amazonie.

En effet, tandis que les avancées des fronts pionniers dans les basses terres et l’augmentation importante du nombre d’invasions des territoires autochtones dès le mois de mars 2020[1] démultiplient les risques de contamination[2], l’accès aux soins reste, dans cette région du monde, extrêmement défaillant, voire inexistant. Il faut parfois parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour espérer bénéficier d’un lit en réanimation et d’assistance en oxygène. En outres, les groupes les plus isolés sont d’autant plus vulnérables qu’ils présentent généralement une faible réponse immunologique face aux maladies infectieuses et virales[3]. L’introduction et la propagation du virus COVID-19 au sein de ces groupes auraient alors des conséquences dramatiques[4].

À l’inverse, dans de nombreux cas, tel qu’au Brésil[5] et au Pérou[6] notamment les Amérindiens qui habitent en ville et qui n’ont pas une meilleure réponse immunologique pour autant, sont exclus du système de santé différenciée (géré notamment par le Distrito Sanitário Especial Indígena – Dsei au Brésil) et par la même occasion, niés en tant qu’autochtone. Pour cette raison, nous n’avons qu’une faible connaissance du nombre réel de personnes autochtones ayant contracté le virus COVID-19 et succombant parfois à cette maladie.

Dans ces conditions, le COVID-19 représente une menace que les États qui abritent des populations amérindiennes sur leur territoire doivent prendre au sérieux. Il s’avère par exemple indispensable de respecter et d’appuyer les initiatives d’auto-isolement des populations autochtones[7], comme la FAO (Organisation mondiale des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) l’a récemment rappelé aux pays ayant adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones de 2007. Pourtant, des initiatives comme l’opération d’expulsion d’orpailleurs illégaux dans trois terres indigènes du sud du Pará, au Brésil, par des agents de l’IBAMA, a valu le licenciement du Président de l’organisme de protection de l’environnement, licenciement prononcé par le ministre de l’environnement lui-même[8].  

La vigilance de la communauté scientifique et civile est ici particulièrement nécessaire, sachant que les États se montrent souvent plus prompts à s’assurer le contrôle de leurs ressources économiques, qu’à inclure ses citoyens autochtones dans les programmes de santé publique, à égalité avec le reste de la population (en termes de prévention, distribution de masques, accès aux soins, etc.). De même qu’il s’avère indispensable de protéger les populations amérindiennes qui vivent en milieu urbain. Le lien de dépendance à la ville, lorsqu’il est vécu, entraîne dans ce contexte une très grande vulnérabilité alimentaire et sociale.

Aussi, la question du rapport entre identité et territoire se pose plus que jamais dans un contexte comme aujourd’hui où la manière d’habiter est devenue une préoccupation existentielle centrale. Quoi qu’il en soit, face au risque d’un drame humain que fait peser cette pandémie sur les populations des basses terres amazoniennes, le virus annonce d’ores et déjà affecter durablement les relations politiques entre les peuples autochtones, leurs organisations représentatives et les institutions étatiques.

– – –

Versión española

Mientras algunas poblaciones están empezando a desconfinarse, el virus del COVID-19 todavía impone medidas significativas de aislamiento social en muchos países del mundo. Si bien los primeros han podido contar con un sistema de salud más homogéneo y relativamente preparado en sus territorios, muchas regiones del mundo experimentan una mayor precariedad y desigualdad en términos de acceso a la atención sanitaria. Por esta razón, debemos y podemos preocuparnos legítimamente por el considerable peligro que representa esta pandemia para las poblaciones amerindias de la Amazonía.

En efecto, si los avances de los frentes pioneros en las tierras bajas y el aumento significativo del número de invasiones de territorios indígenas a partir de marzo de 2020[1] aumentan el riesgo de contaminación[2], el acceso a la atención médica sigue, en esta región de mundo, extremadamente deficiente, incluso inexistente. Se necesita a veces varios cientos de kilómetros para esperar beneficiarse de una cama de reanimación y de acceso a un respirador de oxígeno. Además, los grupos más aislados son particularmente vulnerables, ya que presentan en general una respuesta inmunológica débil a las enfermedades infecciosas y virales[3]. La introducción y propagación del virus COVID-19 dentro de estos grupos tendría consecuencias dramáticas[4].

A la inversa, en muchos casos, como en Brasil[5] y sobretodo en el Perú[6], los amerindios que residen en la ciudad y que no tienen por esta razón una mejor respuesta inmunológica, se encuentran sin embargo excluidos del sistema de salud diferenciado (administrado en particular por el Distrito Sanitario Especial Indígena – Dsei en Brasil) negándoles de esta manera su reconocimiento,como indígena. Por todo ello, tenemos un escaso conocimiento del número real de personas indígenas que se han infectado del virus COVID-19 y que puedan haber fallecido por esta patología.  

En estas condiciones, el COVID-19 plantea un desafio que los Estados que albergan a poblaciones amerindias en su territorio deben tomarse en serio. Por ejemplo, es esencial respetar y apoyar las iniciativas de autoaislamiento de las poblaciones indígenas[7], tal y como recordó recientemente la FAO (Organización Mundial de la Alimentación y la Agricultura de las Naciones Unidas) a los países que adoptaron la Declaración de las Naciones Unidas sobre los derechos de los pueblos indígenas de 2007. Sin embargo, una iniciativa como la operación de desalojo de mineros de oro ilegales en tres tierras indígenas en el sur de Pará (Brasil), por agentes del IBAMA, ha tenido como consecuencia el cese del Presidente de la organización de protección del medio ambiente, pronunciado por el mismísimo Ministro de medio ambiente[8].

La vigilancia de la comunidad científica y la sociedad civil es muy necesaria en estas circunstancias, porque, como se sabe, los Estados se muestran más veloces en asegurar el control de los recursos económicos, que en incluir a sus ciudadanos indígenas en los programas de salud pública, en igualdad de condiciones con el resto de la población (en términos de prevención, distribución de máscarillas, acceso a la asistencia sanitaria, etc.). De igual manera, es esencial proteger a las poblaciones amerindias que viven en áreas urbanas. La relación de dependencia a la ciudad, cuando es tal, conlleva en este contexto una gran vulnerabilidad alimentaria y social.

Es así como la cuestión de la relación entre identidad y territorio aparece con fuerza en el contexto actual, donde la forma de vivir se ha convertido en una preocupación existencial central. Sea como fuere, frente al riesgo de que esta pandemia suponga una tragedia humana para las poblaciones de las tierras bajas amazónicas, el virus ya afecta desde ahora y de manera irreversible las relaciones políticas entre los pueblos indígenas, sus organizaciones representativas y las instituciones del Estado.

– – –

Versão em português

Enquanto algumas populações estão apenas começando seu desconfinamento, o vírus COVID-19 ainda impõe medidas significativas de isolamento social em muitos países ao redor do mundo. Embora os primeiros tenham podido contar com um sistema de saúde mais homogêneo e relativamente bem equipado dentro de seus territórios, muitas partes do mundo estão testemunhando maior precariedade e desigualdade no acesso ao atendimento hospitalar. Há, portanto, uma preocupação legítima com o considerável perigo que esta pandemia representa para as populações ameríndias da Amazônia.

De fato, enquanto o progresso das frentes pioneiras nas terras baixas e o aumento significativo do número de invasões de territórios indígenas a partir de março de 2020[1] aumentam os riscos de contaminação[2], o acesso à saúde nesta região do mundo continua extremamente precário, se não inexistente. Às vezes é necessário percorrer várias centenas de quilômetros para se beneficiar de uma cama de terapia intensiva e assistência com oxigênio. Além disso, os grupos mais isolados são mais vulneráveis devido à sua fraca resposta imunológica a doenças infecciosas e virais[3]. A introdução e disseminação do vírus COVID-19 entre estes grupos teriam então consequências dramáticas[4].

Por outro lado, em muitos casos, como no Brasil[5] e no Peru[6], os ameríndios que vivem nas cidades e que não têm uma melhor resposta imunológica, são excluídos do sistema de saúde diferenciado (administrado em especial pelo Distrito Sanitário Especial Indígena – Dsei no Brasil) e, ao mesmo tempo,  veem seu status de povo indígena negado. Por esta razão, temos pouco conhecimento do número real de povos indígenas que contraíram o vírus da COVID-19 e às vezes sucumbem a esta doença.

Nestas circunstâncias, a COVID-19 representa uma ameaça que os Estados com populações indígenas em seu território devem levar a sério. Por exemplo, é essencial respeitar e apoiar as iniciativas de autoisolamento dos povos indígenas[7], como lembrou recentemente a Organização das Nações Unidas para Alimentação e Agricultura (FAO) aos países que adotaram a Declaração das Nações Unidas sobre os Direitos dos Povos Indígenas de 2007. Entretanto, iniciativas como a expulsão de garimpeiros ilegais de três terras indígenas no sul do Pará (Brasil) por agentes do Ibama, levaram à demissão do presidente do órgão de proteção ambiental pelo próprio Ministro do Meio Ambiente[8]

A vigilância da comunidade científica e civil é aqui particularmente necessária, tendo em conta que os Estados são muitas vezes mais rápidos a assumir o controlo dos seus recursos  econômicos do que a incluir os seus cidadãos indígenas em programas de saúde pública em pé de igualdade com o resto da população (em termos de prevenção, distribuição de máscaras, acesso a cuidados, etc.). Da mesma forma, é essencial proteger as populações ameríndias que vivem em áreas urbanas. A dependência à cidade leva, neste contexto, a um nível muito alto de vulnerabilidade alimentar e social.

Assim, a questão da relação entre identidade e território surge mais do que nunca em um contexto como o atual, onde o modo de vida se tornou uma preocupação existencial central. De qualquer forma, dado o risco de uma tragédia humana que essa pandemia representa para as populações das terras baixas amazônicas, o vírus já promete ter um impacto duradouro nas relações políticas entre os povos indígenas, suas organizações representativas e instituições do Estado.

Notes / Notas

[1] https://g1.globo.com/natureza/noticia/2020/04/10/alertas-de-desmatamento-na-amazonia-crescem-299percent-em-marco-mostram-dados-de-sistema-do-inpe.ghtml

[2] https://amazonia.org.br/2020/04/coronavirus-de-um-lado-invasores-de-outro-como-esta-a-situacao-dos-indigenas-no-brasil/?utm_source=akna&utm_medium=email&utm_campaign=Noticias-da-Amazonia-14-de-Abril-de-2020

[3] Comme en atteste le cas de la première victime indigène répertoriée officiellement. https://amazoniareal.com.br/morre-jovem-yanomami-por-covid-19-em-roraima-diz-sesai/

Concernant les conditions sanitaires critiques, voir https://noticias.uol.com.br/colunas/rubens-valente/2020/04/08/coronavirus-saude-indigena.htm

[4] http://www.servindi.org/actualidad-opinion/02/04/2020/el-aislamiento-es-una-estrategia-de-los-indigenas-para-sobrevivir-de

https://inkenishiku.lamula.pe/2020/05/18/estrategias-indigenas-y-politicas-publicas-durante-la-pandemia-del-covid-19-en-la-amazonia-peruana-el-caso-de-madre-de-dios/lufelipeis/

[5] https://amazoniareal.com.br/coronavirus-indigenas-que-vivem-na-cidade-sao-classificados-como-brancos-no-amazonas/

[6] https://www.actualidadambiental.pe/registran-tres-muertes-por-covid-19-en-comunidad-de-shipibos-de-cantagallo/

[7] https://ojo-publico.com/1743/indigenas-en-madre-de-dios-vigilan-rios-para-frenar-al-covid-19

[8] https://amazonasatual.com.br/forca-tarefa-pede-acoes-na-amazonia-contra-risco-de-devastacao-e-covid-19/

 

Atelier interne n°2 du projet AMAZ

Réunion annuelle ordinaire

1er et 2 octobre 2019

Paris, salle AS1_08 au 1er sous-sol du 54 bd Raspail

 

Programme

1er octobre 2019
9h30 : Accueil et présentation de la réunion.

10h : Présentation de l’argumentaire de l’axe 1 « Présentation et représentation politique amérindienne. La coexistence et l’hybridation des régimes politiques en Amazonie » par Marcio Silva et Alexandre Surrallés

10h30 : Présentation des communications envisagées (Gutierrez-Choquevilca, Codjia, Dziubinska)

11h : Pause

11h30 : Présentation des communications envisagées (Silva, Surrallés, Allard)

12h : Discussion et propositions autour de l’axe 1

13h : Pause déjeuner

14h30 : Présentation de l’argumentaire de l’axe 2 « Ajustements et reconfigurations historiques des formes du politique amérindien » par Philippe Erikson et Vincent Hirtzel

15h : Présentation des communications envisagées (Yvinec, de Vienne, Queiroz)

15h30 : Pause

16h : Présentation des communications envisagées (Erikson, Hirtzel, Romio, Jabin)

16h40 : Discussion et propositions autour de l’axe 2

2 octobre 2019

10h : Présentation de l’argumentaire de l’axe 3 « Amérindiens en ville, villes amérindiennes. Reconfigurations spatiales en Amazonie » par Oscar Calavia, Elise Capredon et Jean-Pierre Chaumeil

10h30 : Présentation des communications envisagées (Capredon, Tselouiko, Richard)

11h : Pause

11h30 : Présentation des communications envisagées (Calavia, Chaumeil, Colliaux)

12h : Discussion et propositions autour de l’axe 3

13h : Pause déjeuner

14h30 : Présentation des activités en cours :

15h30 : Proposition d’activités futures (journées, colloques, publications…)

17h : Cocktail de clôture (dans le hall du 54 bd Raspail)

 

Les Amazonies d’aujourd’hui : images et conflits

Journée d’étude pluridisciplinaire et internationale

ANR AMAZ

Organisée par Catherine Heymann (CRIIA, EA 369), Nancy Ochoa (Association Lupuna) et Philippe Erikson (LESC/EREA)

13 juin 2019, 9h00-18h, Université Paris Nanterre, Bât. Max Weber, rez-de-chaussée

Brus Rubio, Danza de la huangana

Au cours des 25 dernières années, l’Amazonie – les Amazonies – ont connu des évolutions importantes : exploitation de gaz et de pétrole, d’or et d’autres minerais, qui a attiré les investisseurs ; intérêt pour le potentiel hydro-énergétique, les bio-carburants ; construction de routes, de voies navigables ; présence commerciale et entrepreunariale accrue du Brésil et de la Chine. Par ailleurs, la population a augmenté de manière significative, désormais plus urbaine que rurale. Les populations autochtones, longtemps laissées de côté, se sont fait une place politique grâce à leurs organisations et leur engagement. Elles sont aujourd’hui des acteurs impliqués et revendicatifs, en particulier au niveau régional.

9h00 Accueil des participants

9h30-12h30 Circulation des images et représentations

 9h30-9h50 Philippe Erikson (Univ. Paris Nanterre)

     L’Amazonie à la Une. (dé)Figurations amérindiennes sur quelques affiches, jaquettes et couvertures

9h50-10h10 Jean-Pierre Chaumeil (CNRS)

     Le chamane et la radio (Amazonie péruvienne)

10h10-10h30 Emmanuel de Vienne (Univ. Paris Nanterre)

    Usages politiques de l’image dans le Haut-Xingu (Mato Grosso, Brésil)

10h30-11h : Discussion

Pause

11h20-11h40 Jeremy Deturche (Uni. Fed. de Santa Catarina)

    « Puisqu’on chasse sur leurs terres, autant leur ressembler ». Rivalités territoriales et appropriations identitaires sur le rio Bía (Amazonie brésilienne)

11h40-12h Vincent Hirtzel (CNRS)

    Trois portraits de leaders politiques yurakare (Amazonie bolivienne)

12h- 12h15 : Discussion

Déjeuner

13h30-18h00 Extractivisme, exploitation économique et représentations culturelles

Conférence 13h30-14h15

Francisco de Andrade (Univ. de Ouro Preto, Brésil)

   Práticas extrativistas das fronteiras do Brasil: o devir entre as Minas de ouro e a Amazônia

14h15-14h30 Discussion

14h30-14h50 Alexandre Surrallés (EHESS) 

    Les conflits pétroliers en Amazonie péruvienne

14h50-15h10 Pablo Malek (Univ. Paris Nanterre)

    Street Art et Hip Hop : nouvelles représentations culturelles des problématiques amazoniennes au Pérou

15h10-15h20 Discussion

Pause

15h40 -16h Caroline Weill (master IEP Strasbourg)

    Exploitation minière et migrations : entre Andes et Amazonie cusquénienne, l’intérêt d’une analyse ‘classe/genre/race’

16h00-16h20 Olivier Allard (EHESS)

    Fuites pétrolières. Parcours migratoires d’autochtones du Venezuela

Discussion 16h20-16h30

Conférence de clôture (par visio-conférence)

Ma Eugenia Yllia Miranda (Univ. Nacional de San Marcos, Pérou)

    Extractivismo, artes visuales y agencia en la Amazonía indígena

Affiche et programme de l’événement

Séminaire AMAZ

Jeudi 14 février 2019

de 10h à 13h

EHESS, salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris

« Politique et théories indigènes de l’action »

José Antonio Kelly (UFSC, Brésil) et David Jabin (Université Paris Diderot)

Leader Wampis, Puerto Galilea. Copyright A. Chaparro
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search