Perspectives et méthodes de recherche

Deux principales approches de recherche seront développées dans le cadre du projet AMAZ :

     1. Point de conflit

La première approche porte sur l’étude du conflit socio-environnemental comme situation permettant de visualiser l’action et le discours politique. L’Amazonie se trouve en effet au cœur des enjeux les plus importants de la contemporanéité. D’un côté, elle constitue une région d’importance majeure pour la biodiversité de la planète, et la préservation de ses forêts devient nécessaire pour la résorption du réchauffement global. D’un autre côté, par sa position géologique et géopolitique, l’Amazonie est aujourd’hui la cible d’une activité sans précédent, menée par un front d’extraction des ressources pétrolières et minières, et par des projets de barrages hydroélectriques qui mettent en danger la richesse écologique. En outre, tous ces territoires sont occupés par des populations amérindiennes qui sont devenues des acteurs politiques de premier rang dans la politique nationale des États, et surtout dans la politique multilatérale.

     2. Etudes régionales

La deuxième approche porte sur l’étude comparative des ensembles multi-ethniques régionaux et des flux de circulation. Compte-tenu du développement inédit qu’a connu l’anthropologie amazonienne au cours de ces dernières décennies et du nombre croissant d’études monographiques, il est particulièrement pertinent d’encourager les recherches comparatives portant sur les ensembles ethniques des sociétés (amérindiennes ou non) situées dans la région andine. Ces études doivent, pour chaque contexte subrégional, pouvoir dresser un tableau de la formation historique de l’ensemble concerné, à travers le prisme de l’étude des formes de relations sociales qui se tissent et de leur inscription dans l’espace. Il faut également décrire les raisons et les pratiques de la pénétration coloniale, afin d’analyser les logiques d’adaptation des collectifs concernés, ainsi que le développement du phénomène migratoire vers les villes et la côte, en particulier. Une attention singulière doit être portée aux instruments politiques et juridiques véhiculés dans ce face-à-face. En tout état de cause, une démarche comparative entre ces ensembles offre un outil de problématisation particulièrement productif.


Méthodes d’enquête

Ce projet mobilisera les acquis de plusieurs disciplines (sociologie, sciences juridiques, histoire, géographie, sciences politiques, sciences de l’environnement, etc.) en les intégrant dans une approche anthropologique des conflits socio-environnementaux autour des inégalités d’accès au droit, et des valeurs ontologiques octroyées à des éléments de la nature et à des formes d’organisation politique autochtones en Amazonie. C’est essentiellement l’enquête de terrain ethnographique qui sera la méthodologie adoptée par la plupart de recherches menées dans le cadre de ce projet. Trois types de terrains seront pris en compte : les terrains ruraux dans les communautés amazoniennes, les espaces urbains occupés par la diaspora de populations amazoniennes et les lieux multi-situés où opèrent les organisations indiennes. Les entretiens semi directifs et observations participantes des « rencontres » où se dit la politique (réunions, commissions participatives, organisations des mouvements sociaux), ainsi que leurs productions écrites permettront de repérer les éléments d’appropriation des discours.