Les laboratoires associés

Équipe 1 Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS)

Fondé en 1960 par Claude Lévi-Strauss, alors professeur titulaire de la chaire d’Anthropologie Sociale du Collège de France, le Laboratoire d’anthropologie sociale a toujours eu une vocation généraliste et tous les grands thèmes de l’ethnologie et de l’anthropologie sociale y sont traités. Les recherches qui y sont menées concernent la plupart des régions du globe, notamment l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Asie Centrale, l’Amérique du Sud et du Nord, l’Australie, l’Océanie et l’Inde. Le Laboratoire relève de trois institutions, le Collège de France (Chaire d’Anthropologie de la Nature), le CNRS (UMR 7130) et l’EHESS.

Équipe 2 Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC)

Le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC, UMR 7186) est né de la fusion de l’UMR 7535 avec, dans un premier temps, l’UPR 324 « Enseignement et Recherche en Ethnologie Amérindienne » (EREA) en 2006, puis, dans un second temps, avec l’UMR 7173 « Laboratoire d’Ethnomusicologie », devenu « Centre de Recherche en Ethnomusicologie » (CREM) en 2007. Le laboratoire bénéficie d’une forte reconnaissance, tant pour ses travaux que pour la formation de ses doctorants, et collabore avec de nombreux partenaires étrangers. Le profil scientifique du LESC est généraliste et comparatiste, lié à la diversité des terrains de recherche (une quarantaine de pays répartis dans le monde entier) et à sa mission de formation à l’Université Paris Nanterre (une centaine de doctorants). La composante américaniste est bien représentée, notamment par l’intermédiaire du centre EREA spécialisé dans l’ethnologie amérindienne.

Équipe 3 Centro de Estudos Ameríndios da USP (CEstA-USP)  

Le Centro de Estudos Ameríndios (CEstA) de l’Universidade de São Paulo résulte de la division  du Núcleo de História Indígena e do Indigenismo, en 1990. Son objectif est de produire, d’approfondir et de systématiser les connaissances sur les peuples indigènes des Amériques. L’équipe est formée par des chercheurs de différents domaines de connaissance associés à la Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas (Departamentos de Antropologia e História), Museu de Arqueologia e Etnologia, Instituto de Estudos Brasileiros e Instituto de Matemática e Estatística (Departamento de Ciência da Computação). L’objectif du CEstA est d’établir un dialogue interdisciplinaire sur les peuples amérindiens.

Équipe 4 Le Núcleo de Estudos sobre Saúde e Saberes Indígenas (NESSI-UFSC)

Le Núcleo de Estudos sobre Saúde e Saberes Indígenas (NESSI) a été créé en 1987 par Esther Jean Langdon dans le Programme de post-Graduação em anthropologie sociale (PPGAS) de l’Université fédérale de Santa Catarina, l’un des premiers dans son domaine au Brésil.  Depuis 1979, le NESSI a priorisé les questions autochtones et en particulier les études portant sur le chamanisme, les systèmes de guérison et les politiques de santé publique. Le NESSI s’intéresse également aux systèmes de savoirs autochtones et à l’ethnologie des peuples autochtones en général. Une quarantaine de thèses de doctorat (en plus d’une soixante-dix de Mestrado) ont été produites par des membres de NESSI.  Les chercheurs du NESSI font partie du réseau de l’Institut national de Pesquisa Brasil Plural, qui inclut des participants des universités brésiliennes (UFAM, UNB, UDESC, UFRJ et UFPA) et des collaborateurs de Mexique, Suède et Colombie.

Équipe 5 Institut Français d’Études Andines (IFEA)

Inauguré à Lima le 14 mai 1948, le Centre Français d’Études Andines, devenu rapidement Institut Français d’Études Andines, est aujourd’hui une Unité Mixte des Instituts Français de l’Étranger, relevant conjointement du Centre National de la Recherche Scientifique et du Ministère français de l’Europe et des Affaires Étrangères : UMIFRE 17, CNRS-MEAE. Pluridisciplinaire, l’IFEA a pour vocation de contribuer au développement et à la diffusion des connaissances scientifiques sur les sociétés et les milieux andins. Centre d’accueil pour les chercheurs français, européens et andins, l’Institut étend ses actions de coopération sur une aire comprenant la Bolivie, la Colombie, l’Equateur et le Pérou. Il favorise les approches comparées et œuvre au décloisonnement régional.