Séminaire interne AMAZ virtuel

Mardi 13 avril 2021

À partir de 15h

« Régimes d’historicité et agentivité visionnaire chez les peuples autochtones du bas Marañón (Pérou) »

Thomas Mouries (LAS, EHESS)

Résumé :

La question de la libre détermination des populations autochtones est en général étudiée du point de vue territorial, et les territorialités amérindiennes ont fait l’objet sous cet angle d’amples et excellentes analyses ces dernières années. En même temps, un autre courant d’études s’est intéressé à l’historicité de ces mêmes populations, en soulignant la spécificité de leur manière d’habiter le temps et de penser leur action.

Mais qu’en est-il de la libre détermination quand elle est confrontée aux régimes d’historicité amérindiens ? Comment penser une autonomie de ce point de vue-là, alors même que l’émancipation des populations autochtones est pensée dans les termes d’une histoire linéaire, d’une historicité politique moderne, qui semble tenir pour réglée la question de manières distinctes d’habiter le temps, y compris et peut-être surtout au moment des luttes et revendications politiques ?

Cette présentation s’emploiera ainsi à analyser ces modes d’historicité amérindiens au moment même où ils se trouvent confrontés à l’historicité moderne de l’Etat – lequel apparaît, sous son évidence, comme un outil d’annexion des imaginaires. Contre cette entreprise coloniale en sous-main, même les modes extrêmes de lutte politique autochtone – occupation de station pétrolière ou d’autoroute, par exemple – ne sauraient être efficaces.

Comment alors penser la politique autochtone à la fois dans l’histoire et selon des régimes d’historicité propres ? C’est la question que je voudrais commencer à explorer en prenant le cas notamment des populations awajún du bas Marañón, en Amazonie péruvienne.

Séminaire AMAZ

Mardi 23 mars 2021

de 11h à 12h30

« De formidables indésirables. Analogies, comparaisons et métaphores d’une cosmopolitique Guarani »

Paul Fabié (Mondes Américains, EHESS) & Joaqin Ruiz Zubizarreta (LAS, EHESS)

 

Résumé: 

Afin d’essayer de comprendre les nombreux conflits qui opposent des populations Guarani aux non-autochtones blancs, il apparaît intéressant de se pencher sur les modalités de discours et de pratiques politiques engageant des êtres non-humains et cela, afin de tracer les contours d’une cosmopolitique.

Dans une première partie, Joaquin montrera comment, pour les Mbya-Guarani de l’est paraguayen, défendre leurs droits, c’est d’abord défendre leur mode de vie. Ainsi nous verrons dans un premier temps, comment, dans le but de défendre leur mode de vie, les Mbya-Guarani mobilisent des discours sur les coutumes des animaux. Ils mettent en avant l’exemple de certains insectes dont le mode de vie reste inchangé. Outre la configuration d’une frontière animiste entre les Guarani et leurs voisins non-autochtones, ces discours sont aussi mobilisés métaphoriquement. Ils comparent leurs voisins non autochtones à différents insectes pour signaler leurs défauts et reconnaître leurs capacités tout en spécifiant que même si certains insectes sont formidables, ils sont quand même indésirables.

Dans une seconde partie, Paul s’intéressera à la manière dont les acteurs de la société agricole transfrontalière entre le Brésil et le Paraguay construisent une analogie entre des insectes, des plantes adventices nuisibles et les amérindiens Pai-Tavytera/Kaiowa. Il montrera ensuite comment ces mêmes amérindiens parviennent à renouer des formes d’attachement à certains insectes et certaines plantes dans les interstices d’un territoire transformé en centre agro-exportateur. A partir de ces relations renouvelées ou maintenues avec des plantes et des insectes s’élaborent des discours à propos des non-autochtones. Cela nous donne à voir à la fois la constitution d’un discours Pai-Tavytera/Kaiowa sur l’autre mais aussi une certaine manière de s’engager et de prendre part au conflit.

Séminaire AMAZ

Mardi 23 février 2021

de 11h à 12h30

« Politiques culturelles et ambitions personnelles. « Réaffirmation » de la danse des búzios par les Indiens pankararu, Pernambouc, Brésil »

Cyril Menta (Musée du Quai Branly) 

Résumé: 

Dans les années 2000, une famille pankararu se réinstalle au village après plusieurs décennies d’exil chez d’autres groupes indigènes régionaux, les Kariri-Xocó et les Xukuru-Kariri. Cette famille est impliquée dans la vie rituelle, et organise une réclusion au cours de laquelle les búzios, des aérophones joués par paire, sont utilisés. Ces instruments, introduits à ce moment-là chez les Pankararu, évoquent pourtant un passé révolu, puisque, sous une forme différente, ils étaient effectivement présents jusque dans les années 1940. Un processus de (ré)appropriation culturelle se met en place, sous l’impulsion d’un jeune du village, George de Vasconcelos. Il créé l’association « Pankararu Nation Culturelle », dont l’objectif est de « renforcer et réaffirmer la danse des búzios pankararu ». La danse est adoptée et adaptée localement, se transmet dans le village et s’exhibe en dehors. L’objectif de cette présentation est d’analyser l’imbrication de diverses formes de politique. Politiques culturelles, ascension personnelle, politique de ressemblance/dissemblance collective à échelle régionale, politique indigène : elles se nourrissent et se construisent mutuellement dans ce processus de récupération culturelle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search