Chercheurs en poste

Olivier ALLARD (LAS) a soutenu sa thèse de doctorat (PhD) à l’Université de Cambridge, sous la direction de Stephen Hugh-Jones (2011). Il a été élu maître de conférences à l’EHESS en mars 2015, après avoir été successivement post-doctorant à la Casa de Velásquez (2011-2012), ATER à l’Université de Picardie (2012-2014) et post-doctorant à l’EHESS (2014-2015). Il travaille depuis quinze ans sur les basses terres d’Amérique du Sud, et notamment au Venezuela où il mène des recherches auprès d’une population amérindienne, les Warao du delta de l’Orénoque. Depuis la fin de sa thèse, il s’intéresse à leur rapport à la bureaucratie et à l’administration, à leur implication dans les processus électoraux et à leurs formes de mobilisation politique. Il a publié une dizaine d’articles dans des revues internationales, et, en lien avec la thématique du projet, a notamment coordonné un dossier intitulé « Amazonian appropriations of bureaucracy and documents » (avec Harry Walker, Journal of Latin American and Caribbean Anthropology, 2016).


Philippe DESCOLA (LAS) a d’abord fait des études de philosophie à l’ENS de Saint-Cloud avant de se former à l’ethnologie à l’université Paris X et à l’EPHE (VIe section). Chargé de mission pour le CNRS, il mène une enquête ethnographique de 1976 à 1979 chez les Jivaros Achuar de l’Amazonie équatorienne dont il étudie plus particulièrement les relations à l’environnement, sujet de la thèse de doctorat d’ethnologie qu’il soutient en 1983 sous la direction de Claude Lévi-Strauss. Il rejoint l’École des hautes études en sciences sociales (maître de conférences en 1984, directeur d’études en 1989) où il développe au fil des ans lors de son séminaire hebdomadaire une anthropologie comparative des rapports entre humains et non-humains. Professeur au Collège de France depuis 2000 dans la chaire d’Anthropologie de la nature, Philippe Descola y dirige depuis cette date le Laboratoire d’anthropologie sociale (UMR 7130, laboratoire mixte du Collège de France, de l’EHESS et du CNRS) tout en conservant une direction d’études à l’EHESS. Il est auteur de plusieurs ouvrages dont La Nature domestique : symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar (Paris, Fondation Singer-Polignac et Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1986), Les Lances du crépuscule. Relations jivaros, haute Amazonie (Paris, Plon, collection « Terre humaine », 1993), Antropología de la Naturaleza (Lima, Lluvia Editores & Instituto Francés de Estudios Andinos, 2003), Par-delà nature et culture, (Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 2005), Les atmosphères de la politique. Dialogue pour un monde commun (Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2006), Diversité des natures, diversité des cultures (Paris, Bayard, collection « Les petites conférences », 2010), L’écologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature (Paris, Éditions Quae, 2011), Les grandes civilisations (avec divers collaborateurs, Paris, Bayard/Collège de France, 2011).


Andrea-Luz GUTIERREZ-CHOQUEVILCA (LAS) a fait des études de philosophie en classes préparatoires à l’ENS Fontenay St Cloud, et des études d’anthropologie et d’ethnolinguistique à l’Université Paris Ouest Nanterre, où elle a soutenu son doctorat (2012), sous la direction de J. Galinier et de A.-C. Taylor. Maîtresse de conférences, à la chaire « Religions des Indiens Sud-Américains : sociétés des basses-terres » de la Vème Section (Sciences Religieuses) de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes – Sorbonne (2012), elle est membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France et associée au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de l’Université Paris Ouest. Elle poursuit depuis 10 ans des recherches de terrain continues chez les peuples Quechua et Achuar d’Amazonie péruvienne en collaboration étroite avec des organisations indigènes locales. Elle a publié plusieurs articles consacrés aux régimes de savoirs amérindiens, à la communication rituelle et aux relations interspécifiques (dont « Sifflements serpentins et autres voix d’esprits dans le chamanisme quechua des basses terres », Journal de la Société des Américanistes 2011 ; « Face-à-face interspécifiques et pièges à pensée », Cahiers d’anthropologie sociale, 2013), aux reconfigurations politiques et territoriales (« Exploitation pétrolière et dynamique des territorialités indiennes dans la région du haut Pastaza péruvien », Mappemonde, n° 82-2, 2006), avant d’employer les méthodes de l’anthropologie linguistique dans le champ des interactions politiques des sociétés amérindiennes avec l’Etat.


Alexandre SURRALLÉS (LAS) a fait des études d’anthropologie  à l’Université de Barcelone, et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) de Paris où il a passé sa thèse sous la direction de Philippe Descola (1998). Chargé de recherche (2001) puis Directeur de recherche (2011) au CNRS, membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, habilité à diriger de recherches (2009), et enseignant à l’EHESS, Alexandre Surrallés dirige le GDRI APOCAMO “Antropología política contemporánea en la Amazonía occidental” (IFEA, CNRS, EHESS, CDF, UNAL, PUCP, FLACSO), entre autres responsabilités. Il mène des enquêtes de terrain en Amazonie depuis 1991 en étroite collaboration avec les chercheurs locaux, les organisations indigènes et d’autres acteurs engagés dans le développement et la promotion des droits. Il a publié plus de 70 articles dans des revues spécialisés, chapitres de livres et plusieurs ouvrages, notamment Au coeur du sens. Perception, affectivité, action chez les Candoshi  (Paris, CNRS-MSH 2003), The Land Within. Indigenous territory and perception of environment (Copenhague, IWGIA, 2004), Guía etnográfica de la Alta amazonia, vol.VI. (avec L. Uriarte, Lima, Panama & Washington : Smithsonian Tropical Research Institute et Lima: Institut français d’études andines, 2007) et Antropología de un derecho. El derecho a un territorio como derecho humano (avec P. García Hierro, Copenhague : IWGIA, 2009).


Philippe ERIKSON (LESC) est Professeur des Universités à l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense. Il est Docteur en ethnologie, sous la direction de M. Julian Pitt-Rivers (1990), et HDR (2008) à l’Université de Paris X-Nanterre où il est devenu Maître de conférences  en 1996, et  Professeur à l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense en 2010. Il a été Directeur du département d’ethnologie (septembre 2005-septembre 2009), Directeur de l’école doctorale 395 « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » (2012-2015), et  depuis 2014 Directeur du LESC, UMR7186. Responsable d’un projet international sur Alfred Métraux (PICS) (2013-2015), et Membre élu du « Board of Directors » de la Society for the Anthropology of Latin South America (depuis 2011).  Il a publié plus de 60 articles dans des revues spécialisés, dont les plus récentes en rapport au projet sont : – 2011 « La patrimonialización de los cantos chamánicos chacobo » (in J.-P. Chaumeil, Ó. Espinosa de Rivero & M. Cornejo Chaparro, éds., Por donde hay soplo, Lima : Institut Français d’Études Andines, pp.491-501). – 2012 « Cosas obedientes: reflexiones sobre la teoría matis de la materialidad » (in F. Santos-Granero, éd., La vida oculta de las cosas: teorías indígenas de la materialidad y la personeidad, Quito : Editorial Abya Yala, pp.231-254). – 2013 « Une affaire qui roule ? L’introduction du football dans les sociétés indigènes d’Amérique du sud » (Journal de la Société des Américanistes, 99(1), pp.165-172). – 2013 « Animais demais… Os xerimbabos no espaço domestico dos matis (Amazonas, Brazil) » (in Anuário Antropológico (Brasilia), 2011/2, pp.15-32 [paru en février 2013]).  – 2014 « El ritual como máquina del tiempo: ejemplos chacobo (Amazonía boliviana) » (in Stephen Rostain, ed., Actas del III Encuentro Internacional de Arqueología de Amazonía, Quito: Abya Yala).


Jean-Pierre CHAUMEIL (LESC) est directeur de recherche émérite au CNRS et membre du Centre Enseignement et Recherche en Ethnologie Amérindienne (EREA, dont il a été le directeur en 2006-2008) du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC, UMR  7186). Il est titulaire d’un doctorat en ethnologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (1982) et a été enseignant ou chercheur invité dans plusieurs universités en France (EPHE, EHESS), en Europe (Université Complutense de Madrid), au Pérou á l’Université Nationale Mayor de San Marcos (UNMSM) et à la Pontificia Universidad Catolica (PUCP), ainsi qu’en Colombie à  l’Université Nationale. Il est actuellement chercheur associé à l’IFEA où il a coordonné en 2012-2013 le GDRI APOCAMO.  Il mène des recherches de terrain en Amazonie depuis 1971, tout particulièrement chez les Yagua de l’Amazonie péruvienne et colombienne. Ses recherches portent sur l’étude du chamanisme et de ses expressions contemporaines, sur l’histoire politique du mouvement indigène en Amazonie ainsi que sur l’histoire de l’américanisme. Il a publié plus d’une centaine d’articles dans des revues spécialisées et rédigé ou co-édité une douzaine de livres, parmi lesquels Voir, savoir, pouvoir (Paris, EHESS, 1982, rééd. 2000),  « Perspectives en Anthropologie amazonienne » (dossier du BIFEA, 2009), Por donde hay soplo. Antropologia y arqueologia amazonica en los Paises andinos (avec O. Espinosa et M. Cornejo, eds, Lima, 2011) et El aliento de la memoria. Antropologia e historia en la Amazonia (avec F. Correa et R. Pineda, eds, Bogota, 2012).


Vincent HIRTZEL (LESC) est titulaire d’un doctorat d’ethnologie et d’anthropologie sociale de l’École des hautes études en sciences sociales, dont la direction a été assurée par Philippe Descola (2010). Depuis 2014, il est chargé de recherche au CNRS et membre du LESC de Nanterre. Outre plusieurs articles d’ethnologie et d’ethnolinguistique concernant les Yurakaré ainsi que l’ethnohistoire du piémont andin bolivien, il a coédité un ouvrage sur la problématique de la superposition des territoires indigènes et des parcs nationaux (Parquer la nature, 2007). Il s’intéresse actuellement au conflit social déclenché par le projet de construction d’une route dans le Parc National et Territoire Indigène Isiboro-Sécure (TIPNIS) qui a opposé ses habitants (Yurakaré et Mojeños) au gouvernement d’Evo Morales entre 2011-2013, ayant été témoin direct sur le terrain de sa phase préparatoire entre 2009 et 2011.


Valentina VAPNARSKI (LESC) est chargée de recherche au CNRS, rattachée au Centre EREA (Enseignement et Recherche en Ethnologie Amérindienne) du LESC, dont elle a assuré la direction entre 2006 et 2013.  Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’anthropologie linguistique, elles concernent essentiellement les Mayas itzas (Guatemala) et les Mayas yucatèques (Quintana Roo, Mexique) chez qui elle a mené plusieurs années de terrain depuis 1991. Actuellement, elle mène une réflexion sur les régimes d’historicité, l’action politique et les modes d’appréhension du futur chez les Mayas. Elle enseigne l’anthropologie linguistique à l’université de Nanterre, ainsi que les langues mayas à l’INALCO. Elle coordonne le GERM  (Groupe d’Enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique, http://germ.hypotheses.org/).


Emmanuel de VIENNE (LESC) est anthropologue, spécialiste des basses terres d’Amérique du Sud. Maître de conférences depuis 2012 à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Ses recherches portent sur les Trumai, un des dix groupes qui composent la société pluriethnique et plurilinguistique du Haut Xingu, dans l’État brésilien du Mato Grosso. Sa thèse, soutenue en 2011, se veut une analyse des conceptions Trumai de la maladie et de la thérapeutique, ainsi que des dynamiques interethniques locales qui ont conduit à la position marginale des Trumai. Actuellement, il s’intéresse à la place des nouveaux médias (peintures, vidéos, internet) dans le processus contemporain de patrimonialisation culturelle dans le Haut Xingu. Il poursuit parallèlement ses travaux sur le chamanisme par l’étude d’un prophétisme contemporain (en collaboration avec C. Fausto). Il a publié en 2014 (avec Carlos Fausto), « Acting translation : Ritual and prophetism in twenty-first-century indigenous Amazonia », Hau : Journal of Ethnographic Theory, 4-2 : 161-191 [Special issue : Translating worlds : The epistemological space of translation].


Marcio FERREIRA DA SILVA (CEstA/USP) a réalisé ses études d’anthropologie au Museu Nacional de l’Universidade Federal do Rio de Janeiro et a soutenue une thèse sous la direction d’Eduardo Viveiros de Castro (1993). Depuis 1998, il est professeur de l’Universidade de São Paulo. Il y devient professeur titulaire en 2016. Sa recherche de terrain porte sur les Waimiri-Atroari et les Enawene-Nawe. Il est le coordinateur dans le Centro de Estudos Ameríndios de l’USP du projet « Modelos e práticas do parentesco: estudo comparativo dos sistemas de aliança na América do Sul tropical ». Il a notamment publié l’ouvrage Romance de Primas e Primos (Valer Ed., 2009) et récemment les articles « Demografia e Antropologia em Contraponto: os Enawene-Nawe e suas derivas matrimoniais » (Revista Brasileira de Estudos de População, vol. 33, nº 2, 2016), « Escolas Indígenas e Individualismo Moderno » (in Educação e Diversidade Cultural no Brasil, Junqueira & Marin, éds., 2014), « Um pequeno, mas espinhoso problema do Parentesco » (Ilha – Revista de Antropologia, vol. 12, 2012) et « Organizações Indígenas da Amazônia Brasileira » (Ponto Urbe, vol. 4, 2010).


Renato SZTUTMAN (CEstA/USP) a été formé en sciences sociales à l’Universidade de São Paulo en 1996. Il y a soutenu sa thèse de doctorat (2005), sous la direction de Dominique Tilkin Gallois. Depuis août 2008, il est Professor Doutor du Département d’Anthropologie de l’USP. Il est aussi chercheur au sein du Centro de Estudos Ameríndios (CEstA) de la même université. Il travaille sur les terres basses de l’Amérique du Sud depuis 1997. Il a analysé, dans son mémoire de maîtrise, les fêtes de boisson chez les Wajãpi du Brésil et de la Guyane. Sa thèse de doctorat, basée sur des sources historiques et sur la comparaison ethnologique, s’est concentrée sur le rapport entre l’organisation politique et le prophétisme des peuples tupi-guarani du passé et du présent. Ce texte a été révisé et publié sous le titre O profeta e o principal en 2012. Depuis 2006, il se consacre aux études d’anthropologie politique d’une perspective aussi ethnographique/ethno-historique et théorique/philosophique. Sur ce sujet il a publié plusieurs articles et a édité, avec d’autres collègues, un recueil de textes sur l’actualité de la pensée de Pierre Clastres. Plus récemment, il se consacre à une réflexion sur les relations entre anthropologie et philosophie politique dans le cadre du « tournant ontologique ».


Oscar CALAVIA SAEZ (NESSI PPGAS UFSC) a soutenu une thèse sur les Yaminawa du Haut Acre, sous la direction de Manuela Carneiro da Cunha. Depuis 1996, il est professeur au département d’anthropologie de l’Université fédérale de Santa Catarina, et depuis 2007 chercheur au CNPq. Il est également depuis 2003 membre associé de l’EREA du LESC. Il a publié environ soixante-dix articles dans des journaux, et le livre O nome e ou deux tempo Yaminawa. Ethnologie et histoire de deux Yaminawa do Alto Acre (São Paulo: Editora da Universidade do Estado de São Paulo, 2006). Il a également dirigé « Acteurs et chemins sur le domaine Indigenista dans les Amériques (Estudos ibéro-américain, PUCRS Porto Alegre, sous presse) et « A Serpente corpo do cheio de nomes: Etnonimia na Amazônia » (Magazine ILHA, vol. 18, n. 2).


Joseph KELLY LUCIANI (NESSI PPGAS UFSC) est docteur en anthropologie sociale de l’Université de Cambridge, Angleterre (2004), sous la direction de Stephen Hugh-Jones. Depuis 2010, il est professeur agrégé au Département d’anthropologie de l’Université Fédérale de Santa Catarina, au Brésil. Il travaille depuis 17 ans chez les Yanomami de Venezuela, d’abord sur l’articulation des politiques de santé (chamánique et biomédicale et) et plus récemment sur l’anthropologie politique, examinant toujours les relations entre les Yanomami (et autochtones général) et le créole (et plus généralement avec l’État). Il a publié deux livres (State healthcare and yanommami transformations, Arizona University Press, 2011; About Antimestizaje/Sobre a antimestiçagem, Editora Cultura & Barbarie, 2016) et plusieurs articles dans des journaux internationaux autour de ces questions. Ses recherches actuelles portent sur les formes politiques inter-ethniques, tels que les dialogues cérémoniels Yanomami et les réunions et les assemblées politiques inter-ethniques.


Evelyn SCHULER ZEA (NESSI PPGAS UFSC) est professeure au département d’anthropologie de l’Université fédérale de Santa Catarina et au Diplôme d’études supérieures en études de traduction. Elle est docteur en anthropologie sociale de l’Université de Berne (2006). Elle a oublié les ouvrages Zwischen Sein und Nicht-Sein: Fragmente eines kosmologischen Tupi-Guarani-Diskurses in der neueren brasilianischen Ethnologie (2000) et Metaphorisierte Umwege, uneigentliche Übersetzungen: Arbeit an Bildern im Doppelfeld der Aimai-Anthropologie (2006). Elle a également dirigé la Revista Sexta Feira: Antropologias, Artes e Humanidades de 1997 a 2007, et publié un dossier sur le thème « anthropologie et performance » dans la revue Ilha: Revista de Antropologia (vol. 13, 2012), ainsi que sur l’anthropologie de la traduction dans les Cadernos da Tradução (vol. 30, 2012). Elle a publié plusieurs articles et notamment en rapport avec le sujet du projet: « O perro del hortelano e os impactos de uma metáfora política em territórios indígenas » (in Esther Jean Langdon; Marcia Grisotti (éds.), Políticas públicas: reflexões antropológicas, Florianópolis, EdUFSC, 2016).


Oscar ESPINOSA (IFEA) est docteur en anthropologie de la New School for Social Research de New York. Il est actuellement professeur titulaire d’anthropologie du Departamento de Ciencias Sociales de la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP), coordinateur du « Grupo de Investigación en Antropología Amazónica (GAA) » et directeur de l’École doctorale d’anthropologie de la PUCP. Il a publié des dizaines d’articles, et il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont les plus récents: Los pueblos ashaninka, kakinte, nomatsiguenga y yanesha (2014), Cómo imagino. Manual para profesores. Comunidad Ashaninka Poyeni (avec C. Sagástegui, M. Osterling, y L. Chocano, 2013), Construyendo Agendas: Género y Pueblos Indígenas (avec N. Cárdenas et P. Ruiz Bravo, 2011), Por donde hay soplo: Estudios amazónicos en los países andinos co-editado (avec J.-P. Chaumeil et M. Cornejo, 2011) et Apus, caciques y presidentes; Estado y política indígena en los paises andinos.  (avec A. Surrallés et D. Jabin , 2016).


Cédric YVINEC (Mondes Américains) a soutenu une thèse d’anthropologie à l’EHESS sous la direction de Philippe Descola (2011). Il est chargé de recherche au CNRS depuis 2016, après avoir été ATER à l’Université Paris I (2008-2011), postdoctorant au Max Planck Institute for Psycholinguistics à Nimègue (2012-2013), puis pensionnaire de la Fondation Thiers au LAS (2013-2016). Il travaille depuis une quinzaine d’années sur les populations amérindiennes d’Amazonie, notamment chez les Suruí du Rondônia au Brésil et, plus récemment, chez les Guarayos de Bolivie. Ses recherches s’intéressent à l’ethnolinguistique et portent notamment sur les formes de mémoire et les régimes d’historicité, en s’intéressant notamment aux relations des Amérindiens avec les ONG indigénistes ou environnementalistes et avec les organisations missionnaires qui entendent leurs proposer différents regards sur leur passé et différents projets d’avenir. Il a publié une dizaine d’articles et de chapitres d’ouvrages, dont, en lien avec la thématique du projet : « Bouleversements socio-économiques, transition historique et régimes d’historicité chez les Suruí du Rondônia » (in C. Müller et M. Heintz (éd.), Transitions historiques, Boccard, Paris, 2016) et « Pourquoi filmer sa culture ? Rituel et patrimonialisation en Amazonie brésilienne » (avec C. Nahum-Claudel et N. Pétesch, Journal de la Société des américanistes, 103-2, 2017).