Affectivité et conflit 

Journée d’étude interdisciplinaire

du Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS, CDF/EHESS/CNRS/ANR-AMAZ) 

Organisée par Juan Alonso (Université Paris Descartes) et Alexandre Surrallés (EHESS)

21 mai 2019, salle 4, Collège de France, 11 place Marcelin-Berthelot, Paris 75005

La fureur selon le chef yanomami Taniki Makudasipitheri*

Enjeu crucial dans la société contemporaine, l’affectivité tend à redéfinir profondément les contours des sciences humaines. Pourtant, force est de constater que dans le répertoire, pour le moins hétéroclite, des objets qui intéressent nos disciplines, la rubrique des affects a été pendant longtemps l’une des moins investies. Il a fallu attendre ces dernières décennies pour que les passions et les affects deviennent un objet de recherche à part entière. Ce n’est que tout dernièrement en effet que ces derniers jouissent d’une attention réelle, partagée par presque tous les champs disciplinaires. On parle même d’un tournant affectif en sciences humaines, encore que ce type de dénomination regroupe un ensemble varié et encore mal défini d’approches. En tout état de cause, les sciences humaines commencent à constater que l’affectivité joue un rôle premier dans la configuration du social. Dans la mesure où les sociétés ne se constituent pas uniquement dans l’échange d’informations et de biens mais aussi dans la circulation des affects (peurs, enthousiasmes, attirances, aversions, menaces, vengeances…), l’analyse et la description des tensions émotives devient inéludable. La situation du conflit est à cet égard particulièrement riche en enseignements. Car les interactions sociales (qu’elles soient entre sujets et groupes sociaux ou avec des objets du monde naturel)  ne vont pas sans frictions, malentendus, mésententes, etc., provoquant des conflits dont la composante passionnelle et affective constitue sinon l’enjeu principal du moins un des éléments définitoires.  Avec une visée théorique et comparative, cette journée se penchera sur les configurations affectives qui émergent dans les situations de conflit, en vue de favoriser le dialogue interdisciplinaire et la convergence d’approches.

*In Claudia Andujar, « Welche offizielle Lösung gibt es für die Yanomami in Brasilien ? Überlegungen beim Betrachten ihrer Zeichnungen » (1988), in Mark Münzel (comp) Die Mythen Sehen. Bilder und Zeichen vom Amazonas. Frankfurt, Museum für Völkerkunde, vol. 1, p. 63

  

Programme

10h-10h15 : Introduction

Juan Alonso (Université Paris Descartes) et Alexandre Surrallés (LAS, EHESS, Collège de France)

10h15-11h00 : Avoiding Hardship, Deflecting Conflict: Short-Circuits in Transnational Family Relations

Pamela Feldman-Savelsberg (Department of Sociology and Anthropology, Carleton College, USA)

11h00-11h15 : Pause

11h15-12h00 : De l’individuel au collectif: conflits intérieurs et engagement politique

Veronica Estay (Sciences Po Paris)

12h00-12h45 : Le conflit ordinaire en Amazonie : l’affectif dans la configuration du social

Alexandre Surrallés (LAS, EHESS, Collège de France)

12h45-14h15 : Déjeuner

14h15-15h00 : Effroi, colère et compassion. La configuration affective des situations post-attentats dans les sociétés occidentales contemporaines

Gérôme Truc (Institut de Sciences sociales du politique, CNRS)

15h00-15h45 : Colère et ressentiment : la question de l’éclat dans le mouvement social

Pauline Hachette (Université de Paris 8 Vincennnes-Saint Denis)

 

15h45-16h00 : Pause

16h00-16h45 : Les émotions dans le prétoire. Une perspective sociologique

Liora Israël (Centre Maurice Halbwachs, EHESS)

16h45-17h30 : L’ennui, l’attente : passions de la guerre

Juan Alonso (Université Paris Descartes)

17h30-17h45: Conclusions

La journée est ouverte à toutes les personnes intéressées.

Renseignements : alexandre.surralles@college-de-france.fr

http://las.ehess.fr/index.php?2628

Séminaire AMAZ

Jeudi 09 mai 2019

de 10h à 13h

EHESS, salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris

 Urbanités amérindiennes en Amazonie

Oscar Calavia (EPHE) et Élise Capredon (EHESS – CéSor)

Ecole. Copyright S.Tselouiko

 

Séminaire AMAZ

Jeudi 11 avril 2019

de 10h à 13h

EHESS, salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris

« Extractivisme » et conflits environnementaux

Doris Buu Sao (Science Po/CERI) et Simone Garra (Université Paris Nanterre) 

 

Séminaire AMAZ

Jeudi 14 mars 2019

de 10h à 13h

EHESS, salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris

« Genre et politique autochtone »

Stéphanie Tselouiko (EHESS) et Mariana Guanabara (EHESS)

Séminaire AMAZ

Jeudi 14 février 2019

de 10h à 13h

EHESS, salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris

« Politique et théories indigènes de l’action »

José Antonio Kelly (UFSC, Brésil) et David Jabin (Université Paris Diderot)

Leader Wampis, Puerto Galilea. Copyright A. Chaparro
                                       Evento AMAZ
                                  Los bosques como reserva de vida.
                    Bien común y derechos indígenas en la era del antropoceno 
                                           Lima, 26 de octubre 2018

  • Lugar: Sala de Cine de la Alianza Francesa de Lima (Av. Arequipa 4595 – Miraflores)
  • Hora: 9:30 a.m. – 6:00 p.m.
  • Organiza : ANR AMAZ, GDRI APOCAMO2 (CNRS), IFEA, LAS (Collège de France/EHESS/CNRS), LESC-EREA (UPN/CNRS)

  • Sobre el evento:
  • En esta mesa redonda analizaremos los nuevos desafíos que suponen la conservación de la manta forestal para el mantenimiento de la biosfera planetaria y sus consecuencias para el derecho territorial de los pueblos indígenas. Como se sabe, estos últimos detienen el control fáctico de la mayor parte de los bosques en América y en particular los amazónicos. Las reclamaciones territoriales de estos pueblos en busca del reconocimiento legal por los Estados se han visto de alguna forma superadas por la importancia que estas zonas boscosas representan para el planeta en la era del antropoceno («nueva era geológica» caracterizada por la potencia de los factores antropogénicos para el devenir del planeta). 
  • La historia de este proceso se puede resumir en pocas líneas. Durante la segunda mitad del siglo pasado, los pueblos indígenas reclamaban sus “tierras”, es decir los espacios necesarios para las actividades productivas. A principios de este siglo, estas demandas se convierten en demandas de “territorio”, es decir, más allá de los espacios de producción, la totalidad de un entorno tanto ecológico como simbólico necesario para asegurar las condiciones de vida plena de un pueblo soberano (ver por ejemplo el concepto de “territorio integral”). Hoy en día la problemática supera a los propios pueblos indígenas, porque la manta forestal y los efectos que supone su conservación o destrucción para la climatología planetaria, convierten estos bosques en un bien común vital para el conjunto de la humanidad. 
  • En esta mesa redonda analizaremos desde la óptica de la localización del antropoceno, es decir desde el examen de casos locales concretos pero con implicaciones globales, las consecuencias de estos nuevos desafíos para la problemática clásica de la territorialidad de los pueblos indígenas.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search